• 27 février 2022

Les crimes de 1972-1973 relèvent de la responsabilité de l’Etat de cette époque

Les crimes de 1972-1973 relèvent de la responsabilité de l’Etat de cette époque

Samedi le 27 février 2022, le Président du Sénat, Très Honorable Emmanuel Sinzohagera, a pris part aux cérémonies de la clôture provisoire des activités d’enquêtes sur les crimes de 1972-1973 par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), en commune Mugongo-Manga de la province Bujumbura.

Au cours des fouilles menées dans cette commune, la CVR a exhumé, dans une tranchée de plus de 80 mètres, 1562 victimes.

Très Honorable Sinzohagera, élu de la circonscription de Bujumbura, a, dans son propos, rappelé que ces crimes perpétrés pendant cette période ne sont pas imputables à la descendance des auteurs mais que ça relève de la responsabilité de l’Etat de cette époque.

‘‘Les citoyens burundais doivent admettre le passé tel qu’il est, nous nous sommes entretués, c’est un mal auquel nous sommes appelé à éradiquer pour que les générations futures sachent qu’une vie humaine doit être scrupuleusement respectée’’, a-t-il souligné.

Le Président du Sénat a précisé que ce n’est pas l’ethnie qui tue mais plutôt un mauvais pouvoir.

En vue de bâtir une nation sereine et prospère, Très Honorable Sinzohagera a indiqué qu’il est impératif que ceux qui ont perpétré les massacres pendant cette période révèlent la vérité pour qu’ils soient pardonnés. ‘‘Nous avons besoin d’une patrie bâtie sur base de la vérité et l’unité qui a toujours caractérisé le peuple burundais’’, a-t-il renchéri.

Prenaient part aussi à ces festivités le Président de l’Assemblée Nationale, Très Honorable Daniel Gélase Ndabirabe; certains parlementaires élus dans la circonscription de Bujumbura; le gouverneur de cette province; différentes autorités administratives et une population nombreuse de cette localité. 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *