COMPTE RENDU SYNTHETIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU SENAT DU 21 DECEMBRE 2023

L’an deux mille vingt-trois, le vingt et unième  jour du mois de décembre, les sénateurs se sont réunis en l’hémicycle du Sénat à Gitega pour la 168ème séance plénière de la sixième législature pour débattre d’une question orale adressée aux deux ministres à savoir celui de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique, Docteur François HAVYARIMANA et le Ministre des Infrastructures, de l’Equipement et des Logements Sociaux, Monsieur Dieudonné DUKUNDANE.

Les  travaux de cette séance ont été présidés par le Président du Sénat, Très Honorable Emmanuel SINZOHAGERA. Cette séance qui a vu la participation de25sénateursa débuté, comme d’habitude, par une prière à 09 heures 25 minutes.

Procédant à l’ouverture de la séance, le Président de la séance  a d’abord souhaité la bienvenue aux Honorables Sénateurs présents et a par  la suite présenté le projet de programme pour la période du 25 décembre 2023 au 08 janvier 2024 pour adoption et il a été adopté à l’unanimité des sénateurs présents.

Après l’adoption de ce programme, le Président du Sénat a invité les Honorables sénateurs présents  à suivre un film documentaire montrant la descente sur terrain de la Commission permanente chargée des questions sociales, de la Jeunesse et de la Culture à l’Université du Burundi (campus Mutanga, Kiriri, Rohero, Kamenge et Zege) ENS et l’INSP.

Après cette projection de ce film, le Président du Sénat a souhaité la bienvenue aux deux Ministres qui avaient représenté le Gouvernement pour fournir des éclaircissements  chacun à ce qui le concerne aux interrogations des représentants du peuple.

A la question de savoir ce que le Gouvernement envisage de faire pour doter de ces élèves handicapés physiques marchant avec les mains, qui trouvent des difficultés de marcher aves leurs mains dans les latrines non appropriées à leurs handicap et servir des mêmes mains à table et en classe ;le Ministre ayant les infrastructures dans ses attributions a répondu qu’il y a déjà des écoles pilotes où il y a des toilettes  adaptées à  ces enfants handicapés et il y a  eu aussi la distribution des gants en plastiques. Il a bien précisé que le Gouvernement envisage construire des écoles et des terrains de jeux chaque année  pour qu’en 2027 ces enfants soient pris en charge comme les autres selon la Stratégie Nationale d’Education inclusive.

S’agissant de connaître le motif qui incite les lauréats des universités de fréquenter plus les universités privées par rapport à l’Université du Burundi, le Ministre ayant  l’Education et  l’Enseignement supérieur dans ses attributions a fait savoir que la conjoncture politique que le Burundi a traversée a fait que ces lauréats attendent même deux ans pour accéder à l’université du Burundi constitue un des causes poussant les nouveaux lauréats à fréquenter les universités privées au détriment de l’Université du Burundi.

Il a ajouté que d’autres facteurs exogènes entrent en jeu notamment la préférence  de certaines Facultés telles que l’Economie, sciences d’Ingénieurs, le TIC, qui sont plus sollicitées par des étudiants à tel enseigne que ceux qui ne sont pas affectés dans ces facultés cherchent alors à s’inscrire dans les universités privées.

Il a terminé ses propos en soulignant que le Gouvernement essaie de chercher d’autres  nouvelles facultés qui attirent plus d’étudiants telles que, la statistique, l’administration et la cartographie foncière.

Concernant l’accueil de deux promotions finalistes du Secondaire à la fois, les sénateurs ont voulu savoir si cela ne va  pas avoir des impacts sur les travaux académiques. Le Ministre a répondu que cette situation est préoccupante au niveau du Gouvernement et que des mesures urgentes ont été prises en considération en mettant cinq milliards de francs burundais à la disposition du ministère. Cette somme a été utilisée pour retaper les locaux, en les équipant, en  achetant du matériel didactique et en recrutant 100 nouveaux enseignants qualifiés.

 

Pour ce qui est de la position du Gouvernement sur le souhait de la population d’orienter une partie du budget de développement des communes dans le secteur de l’éducation et aux travaux de développement, le Ministre ayant l’Education nationale et l’Enseignement supérieur dans ses attributions a répondu qu’il épouse cette idée de la population.

A la suggestion des sénateurs de faire un suivi régulier des Universités en rapport avec le recrutement des étudiants fréquentant la Faculté de la Médicine, pour que les quotas provinciaux soient respectés, le ministre a indiqué que les examens de sélections sont faits dans la plus part de cas par lauréat de la Mairie de Bujumbura, c’est pour cela que le Gouvernement va recruter ceux des écoles  d’excellence pour respecter le quotas et  va voir aussi les statistiques par  province.

La séance qui s’était déroulée dans un climat d’échange et de compréhension mutuelle a été clôturée par une prière à 16 heures 30 minutes.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *