Le 2ème Vice-président du Sénat rencontre les élus locaux de la province Karusi

Au cours de ces vacances parlementaires du mois de juillet, le Deuxième Vice-président du Sénat, Honorable Cyriaque Nshimirimana, accompagné des parlementaires élus dans la circonscription de Karusi, a effectué une visite dans cette province où il a tenu deux réunions, en dates des 21 et 22 juillet 2021, à l’intention des élus locaux, des chefs de services, des orphelins, des veuves et des survivants des massacres de 1972 au Burundi.

Ces réunions se sont déroulées consécutivement au Lycée communal de Nyabikere et au chef-lieu de la province Karusi, et étaient centrées sur les aspects sociaux, économiques et sécuritaires.

Dans son message adressé aux participants à ces rencontres, Honorable Nshimirimana a indiqué qu’il était venu échanger avec eux, et écouter les préoccupations de la population qu’ils représentent, trouver leurs solutions et transmettre aux instances habilitées celles qui ne trouveraient pas de solutions immédiates.

Apres avoir félicité cette province pour une bonne place qu’elle occupe dans le domaine de l’éducation, lors des tests nationaux, il a appelé la population de cette province au patriotisme, au respect de la loi et du peuple Burundais.

Honorable Nshimirimana a interpellé les élus locaux en général à élaborer un plan des projets de société à accomplir et à en assurer un suivi-évaluation.

Il leur a aussi demandé de ne pas gaspiller la récolte, d’éradiquer le concubinage, les feux de brousse, de limiter les naissances et d’éviter tout ce qui peut perturber la paix et la sécurité.

Parmi les préoccupations soulevées par les participants figurent notamment le besoin des moyens de transport pour les chefs collinaires, la commercialisation des fertilisants dans des sacs de 5 ou 10 kgs au lieu de 25 kgs pour que le prix soit abordable à tout le monde, la question des propriétés foncières qui, jadis, appartenaient aux Rwandais, etc.

A propos d’une série de Conférences organisées par le Sénat sur les événements de 1972 au Burundi, il leur a dit que l’objectif principal était notamment de connaître la vérité sur ces massacres en vue de se réconcilier, se souvenir de ces événements et rendre hommage à ceux qui ont été assassinés, donner une occasion à ceux qui ont des témoignages y relatifs pour qu’ils puissent les présenter, contribuer à la qualification de ces massacres, et vérifier le niveau de réconciliation des Burundais, conformément aux exigences de l’article 289 de la Constitution de la République du Burundi, etc.

Le Deuxième Vice-président de la Chambre haute du Parlement a, en outre, lancé un appel aux Burundais, pour qu’ils puissent éviter la globalisation, car ‘‘ce n’est pas l’ethnie qui tue, c’est un mauvais pouvoir qui tue’’, a-t-il martelé.

Après la présentation des témoignages par certains survivants de ces massacres, il leur a demandé de confectionner des listes de tous ceux qui ont été assassinés, et de les remettre à la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), pour la qualification de ces événements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *