Célébration de la Fête internationale du Travail et des Travailleurs en provinces Kayanza et Mwaro

Mwidogo

 

En date du 1er mai 2015, le Burundi s’est associé au monde entier dans la célébration de la Fête du Travail et des Travailleurs. Le thème de cette année au Burundi est ‘‘Participons massivement aux élections tout en étant au travail’’. En provinces Kayanza et Mwaro, les cérémonies se sont déroulées aux chefs lieux de ces provinces où les premier et deuxième vice-présidents du Sénat, respectivement Honorable Persille Mwidogo et Honorable Pontien Niyongabo avaient représenté le Gouvernement burundais.

Dans son discours de circonstance, Honorable Mwidogo a invité tout un chacun à se mettre au travail pour augmenter la production et à répondre massivement aux prochaines élections. Elle a également indiqué que la journée est une occasion à tous les travailleurs de se réunir et d’évaluer le travail accompli. Il s’agit d’un honneur d’être appelé travailleur car le travail constitue la deuxième identité pour toute personne. Les demandeurs d’emploi sont de plus en plus nombreux, raison pour laquelle, a-t-elle dit, il faut protéger son travail.

Elle a, par ailleurs, appelé les enseignants, les médecins, les juges et bien d’autres travailleurs à faire chacun son travail avec abnégation et détermination. Ils seront ainsi en train de rendre un bon service au pays.

Par la suite, elle a montré que ces cérémonies commémoratives de la Fête du Travail et des Travailleurs se déroulent cette année dans un contexte particulier. D’abord, elles arrivent au lendemain du dialogue entre le Gouvernement et les syndicats des enseignants, dialogue consécutif à la grève déclenchée par les enseignants qui avaient refusé de proclamer les points aux élèves. Elle a saisi cette occasion pour démontrer que seule la voie du dialogue et de concertation aboutit à une meilleure solution consensuelle.  

Le 1er Vice-président du Sénat a, par conséquent, fait savoir que le Gouvernement a fait sienne la question des inégalités salariales. Cela est contenu dans un accord qui clarifie comment la question sera résolue au fil de ces quatre prochaines années, à compter à partir de 2016. Cet accord stipule entre autres que durant les quatre années, un budget de quatre-vingt milliards de francs burundais sera disponible, à raison de vingt millions par an.

Ensuite, ces festivités ont lieu après la campagne de manifestations contre la vie chère. Mais force est de constater que la rue n’est pas la solution contre la vie chère mais plutôt l’assiduité au travail, a-t-elle conseillé. Puis, la Fête du Travail et des Travailleurs se passe dans un climat de pauvreté et de chômage chez les jeunes scolarisés ou non. Même si ce problème se pose au niveau international, le Gouvernement du Burundi n’est pas resté les bras croisés, raison pour laquelle il a mis sur pied l’ ‘‘Office Burundais de l’Emploi et de la Main d’œuvre’’, OBEM en sigle.

C’est dans ce même optique que le Gouvernement en partenariat avec la Banque Mondiale, a instauré un système  de sécurité sociale de la population. A partir de l’année prochaine, un montant de vingt milles francs burundais sera octroyé mensuellement sur une période de deux mois et demie à vingt familles les plus pauvres. Ce programme sera d’abord initié dans trois provinces qui seront sélectionnées au terme d’une enquête.

Les cérémonies commémoratives de la Fête du Travail et des Travailleurs surviennent également au lendemain des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la commune de Muhuta, endommageant ainsi des maisons, cultures et des pertes en vies humaines. Elle a loué l’esprit de solidarité qui a caractérisé les secouristes. Elle a remercié les Organisations internationales dont le PAM, la Croix Rouge et l’UNICEF.

En définitive, la célébration de la Fête du 1er mai, édition 2015, coïncide avec la circulation d’une rumeur relative à la sécurité, même si personne n’ignore que la sécurité est un impératif dans un pays. A cet égard, elle a tranquillisé tout un chacun de rester serein et continuer à sauvegarder la paix et la sécurité chèrement acquises.

Etant donné que les échéances électorales approchent, Honorable Mwidogo a exhorté toute la population à y répondre massivement. Se référant sur les échéances électorales de 2005, 2010 et des années antérieures, elle a rappelé que des signes de fièvre électorale se sont toujours manifestés mais que les élections se sont déroulées en toute sérénité. Sur ce, elle a lancé un vibrant appel aux exilés pour qu’ils regagnent leur chère patrie.

Le 1er Vice-président du Sénat a aussi condamné les soulèvements et a mis en garde ceux qui colportent les rumeurs dans le but de saper les élections. Cependant, a-t-elle nuancé, la loi électorale est bien claire. Elle a promis de traduire en justice ceux qui seront attrapés en flagrant délit et en a également appelé à l’esprit patriotique.

Signalons que ces festivités étaient ouvertes par un long défilé des travailleurs des secteurs public et privé ainsi que les élèves et écoliers, faisant ainsi fi à l’appel leur lancé par les syndicalistes.

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*