DISCOURS DE CLOTURE DES TRAVAUX DE LA SESSION ORDINAIRE DE DECEMBRE 2020 PRONONCE PAR LE PRESIDENT DU SENAT, TRES HONORABLE EMMANUEL SINZOHAGERA

Honorable Premier Vice-président du Sénat;

Honorable Deuxième Vice-président du Sénat;

Honorables Sénateurs;

Monsieur le Gouverneur de la Province de Gitega;

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire accrédités au Burundi,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales au Burundi;

Mesdames, Messieurs les journalistes;

Distingués invités;

Mesdames, Messieurs;

1. De prime abord, permettez-nous de remercier le Dieu Tout puissant qui nous a protégés et guidés dans toutes nos réalisations durant la session ordinaire de décembre que nous clôturons aujourd’hui. Qu’il soit loué, maintenant et pour toujours!

2. Conformément à la Constitution de la République du Burundi en ses articles 179 et 190, aujourd’hui, le Vendredi 26 février 2021, le Sénat de la République du Burundi siège pour procéder à la clôture solennelle de la session ordinaire de décembre 2020.

3. Au nom des membres du Bureau du Sénat et en mon nom propre, nous vous adressons nos meilleures salutations et vous souhaitons la bienvenue dans ces cérémonies. Nous vous réitérons nos vifs remerciements pour avoir répondu à notre invitation malgré vos multiples obligations.

4. Durant cette session que nous clôturons, en plus de l’analyse et adoption des projets de lois et du contrôle de l’action gouvernementale, nous avons visité différentes provinces pour encourager la population dans leurs multiples activités.

5. Concernant l’analyse et adoption des projets de loi, conformément à la Constitution de la République du Burundi en son article 163 qui stipule que le « Parlement analyse et adopte des projets de loi, et contrôle l’action gouvernementale », nous avons analysé et adopté 9 projets de loi sur 16 que le gouvernement nous avait envoyés. Ces projets de loi sont les suivants:

1) Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de la Convention de Minamata Sur le Mercure;

2) Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi du Traité révisé instituant la CEEAC;

3) Projet de loi portant complément des dispositions du Code de Procédure Civile relatif à la réinstitution des notables de la colline;

4) Projet de loi portant Ratification de l’Amendement de Kigali au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone;

5) Projet de loi portant la révision de la loi organique N0 1/13 du 12 juin 2019 portant organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature;

6) Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de coopération entre le Gouvernement de la République du Burundi et le Gouvernement de la République de Turquie;

7) Projet de loi portant fabrication, détention, importation, exportation, commercialisation et régulation des produits vétérinaires;

8) Projet de loi portant révision de la Loi No 1/08 du 11 mai 2018 portant gestion des pesticides au Burundi;

9) Projet de loi portant code de gestion des produits chimiques;

6. Concernant le contrôle de l’action gouvernementale, nous avons réalisé ce qui suit:

1) Nous référant à l’article 168 de la Constitution de la République du Burundi en son alinéa 8, nous avons participé deux fois aux travaux du parlement réuni en congrès: le 7 janvier 2021, pour suivre le rapport des activités de la Commission Vérité et Réconciliation pour l’année 2020, et le 18 février 2021, pour suivre le rapport des élections de 2020. Le Sénat salut l’organisation de ces élections financées par les Burundais eux-mêmes. Cela constitue un pas satisfaisant franchi en matière de la démocratie et la souveraineté de notre pays.

2) Nous avons assuré le suivi de la mise en application des lois votées. C’est dans ce cadre que le Sénat a invité les différents membres du gouvernement pour répondre aux questions orales liées aux préoccupations de la population.

3) Le Sénat n’apprécie pas la façon dont la loi fixant Gitega comme capitale politique est en train d’être mise en application. Certains ministères qui devraient avoir leurs sièges ici à Gitega sont toujours à Bujumbura, dans la capitale économique. Nous leur lançons un appel pour qu’ils viennent s’installer ici à Gitega, le plus tôt possible.

7. Conformément à l’article 192 de la Constitution de la République du Burundi, nous avons approuvé douze candidatures aux postes d’ambassadeurs, proposées par le Président de la République.

Honorables Sénateurs;

Distingués invités;

8. Durant cette session ordinaire de décembre, nous avons effectué des descentes auprès de la population des provinces de Bujumbura, Muramvya, Ruyigi, Rutana et la Mairie de Bujumbura. Ces descentes ont été une occasion de sensibiliser la population sur ce qui suit:

1) Sauvegarder la paix et la sécurité, socles du développement durable;

2) Eradiquer la polygamie car elle accroît le nombre d’enfants et cause la misère dans les familles. De plus, elle constitue la source de la haine, l’indiscipline des enfants, le désordre ainsi que la criminalité;

3) Mettre en application toutes les mesures prises par le gouvernement, en vue de se prévenir contre la covid-19, et surtout se laver les mains régulièrement, avec de l’eau propre et du savon;

4) Sensibiliser les chefs des collines sur leur rôle dans le Gouvernement responsable et laborieux, pour qu’ils puissent planifier leurs activités. Ainsi, la population sera toujours au courant de ses responsabilités, ce qui contribuera à la réduction du nombre des désœuvrés.

5) Rappeler aux élus du peuple aux niveaux collinaire et communal qu’ils sont appelés à fixer eux-mêmes les délais d’exécution de leurs projets. C’est un travail très important, car les représentants de la population à ces niveaux ont un mandat de cinq ans seulement pour être au service de leur électorat.

6) Organiser des formations à l’intention de la population sur l’avantage d’adhérer aux associations et aux coopératives car l’union fait la force.

7) A partir du 04 octobre 2021, la loi régissant la stabulation permanente et l’interdiction de la divagation des animaux domestiques et de basse cours au Burundi, sera mise en vigueur. Nous profitons de cette occasion pour lancer un appel, encore une fois, aux éleveurs d’en faire une préoccupation;

8) Se préoccuper de la protection de l’environnement en plantant des arbres sur les montagnes, surtout les montagnes à forte pente, en vue de mettre en application le projet du pays « Ewe Burundi urambaye », en plantant des arbres vivant avec les plantes, en traçant des courbes de niveau sur les montagnes, en protégeant les rivières et les lacs, en plantant des bambous sur leurs rives et en arrachant les eucalyptus plantés près des rivières car ils causent le tarissement des sources d’eau;

9) Sensibiliser les parents pour que tous les enfants en âge de scolarisation soient inscrits à l’école, et que celui qui est déjà inscrit n’abandonne pas.

9. En marge des visites effectuées dans certaines provinces, nous avons participé aux fêtes organisées par le Gouvernement.

En date du 05 février 2021, nous avons participé aux cérémonies de la commémoration du 30ème anniversaire de la Charte de l’Unité nationale. Le thème du jour, comme présenté par Son Excellence le Président de la République du Burundi était: « Ubumwe bw’Ukuri bwungwa no gusangira ibikorwa n’umwimbu » (La vraie unité se noue par le travail en commun et le partage de la production).

Honorable Sénateurs,

Distingués invités,

10. Lors des travaux de cette session que nous clôturons, nous avons réalisé diverses activités relatives au renforcement de la coopération entre le Sénat du Burundi et d’autres Sénats des différents pays.

Au moment où ceux qui ont suivi de près ce qui se passe au Burundi saluent le pas franchi en matière de renforcement de la paix, sécurité et protection des droits de l’homme, nous nous sommes inscrits en faux contre la correspondance de 43 parlementaires européens qui réfutent la redynamisation des relations perturbées en 2015, sous prétexte que les droits de l’homme au Burundi ne sont pas garantis.

11. Nous avons rejeté en bloc ce comportement car ce qu’ils dénoncent est contre les bonnes déclarations présentées par différents envoyés qui ont suivi de près ce qui se passe au Burundi. Ces déclarations sont les suivantes:

1) En date du 04 novembre 2020, le Conseil permanent de la Francophonie réuni en sa 112ème session ordinaire a décidé la levée de toutes les mesures restrictives prises contre le Burundi à la suite des perturbations sécuritaires que le pays a connu en 2015;

2) En date du 4 décembre 2020, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution qui consiste à mettre fin aux rapports périodiques sur le Burundi. Cette résolution a été adoptée par l’ONU car elle est satisfaite de la situation des droits de l’homme au Burundi.

3) En date du 16 février 2021, l’Assemblée Parlementaire de la francophonie a adopté une résolution sur la reprise de la coopération avec le Parlement burundais car elle apprécie l’étape déjà franchi par le Burundi dans la sauvegarde de la paix, la sécurité et les droits de l’homme depuis que cette Institution a pris des sanctions contre le Burundi dans une réunion tenue à Berne, en Suisse en 2015.

12. Ainsi, nous lançons un appel à tous ces 43 parlementaires, pour qu’ils viennent au Burundi et constatent eux-mêmes la situation réelle du pays, et prennent des mesures sur base de ce dont ils sont témoins, et non sur base des informations erronées, contraires à la réalité vécue par leurs homologues de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie lors de leur visite au Burundi en dates des 20, 21 et 22 Novembre 2017. Nous ne doutons point que, eux aussi, vont, à leur tour, sensibiliser toute la communauté des pays Européens pour que ces derniers finalisent le dialogue avec le gouvernement Burundais pour l’intérêt des peuples Européens et Burundais, avant de mettre en avant les communiqués contradictoires au slogan de Son Excellence le Président du Burundi, Général Major Evariste Ndayishimiye, où il nous rappelle sans cesse que, « Tous ensemble, nous réussirons ».

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

13. Durant ces vacances que nous commençons, nous visiterons la population afin de la sensibiliser à continuer les projets de leur développement et celui de leur patrie.

14. Pour terminer, nous voudrions souhaiter aux Honorables Sénateurs de bonnes vacances parlementaires.

15. Conformément à la Constitution de la République, en ses articles 179 et 190, nous allons encore nous rencontrer dans cet hémicycle le jeudi, 1er Avril 2021 pour procéder à l’ouverture solennelle de la session ordinaire d’Avril.

Nous déclarons solennellement clos les travaux de la session ordinaire de décembre, aujourd’hui le vendredi, 26 Février 2021.

Vive le Burundi, les Burundais et les amis du Burundi;

Que Dieu vous protège et protège le Burundi ;

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *