COMPTE RENDU SYNTHETIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU 24 FEVRIER 2020

L’an deux mille vingt, le vingt-quatrième jour du mois de février, les sénateurs se sont réunis en l’hémicycle du Sénat pour la 247ème séance plénière de la cinquième législature pour analyser les projets suivants :

  1. le projet de résolution du Sénat du Burundi en réponse à la résolution adoptée par le Parlement Européen le 16 janvier 2020 sur la situation au Burundi, notamment la liberté d’expression (2020/2502) RSP ;
  2. le projet de loi portant instauration et octroi du Statut de Guide Suprême du Patriotisme au Burundi au Président Pierre NKURUNZIZA.

Les travaux de la séance ont été dirigés par le Très Honorable Président du Sénat, Révérien NDIKURIYO. Cette séance qui a vu la participation de 33 sénateurs a débuté, comme d’habitude, par une prière à 11 heures 55 minutes.

Ouvrant la séance, le Très Honorable Président du Sénat a d’abord présenté aux sénateurs les modifications apportées au programme des activités qui étaient prévues pour la période du 17 au 28 février 2020, et qui par la suite ont été adoptées.

La séance s’est poursuivie avec la présentation par l’honorable Martin NINTERETSE, Président de la commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques et des droits fondamentaux du projet de résolution visant à donner des éclaircissements concernant la résolution injuste du 16 janvier 2020 du Parlement européen sur le Burundi.

Au cours des échanges, les sénateurs ont soulevé beaucoup d’inquiétudes en rapport à la résolution du Parlement européen qui fait semblant d’ignorer l’évolution positive de la situation politique, sociale, économique et sécuritaire au Burundi. Le constant est que le contenu du rapport du Parlement européen ne vise que la perturbation des élections prévues au mois de mai 2020, ont-ils ajouté.

Par la suite, ils ont continué à enrichir le projet de résolution pour y apporter plus de lumière.

Au terme du débat, le projet de résolution a été soumis au vote et a été adopté à l’unanimité des 39 sénateurs, soit 100% des voix exprimées.

Avant de passer au deuxième point inscrit à l’agenda du jour, l’honorable NGABONZIZA Gérard, Président de la commission permanente chargée des questions sociales, de la jeunesse et de la culture a fait le briefing sur la descente effectuée en province de Cibitoke, commune Mabayi sur un cas de viol d’une écolière par son enseignant.

A propos des viols dans les milieux scolaires, les sénateurs ont constaté que l’administration scolaire ne joue pas convenablement son rôle. Pour éradiquer ce comportement ignoble, les sénateurs souhaiteraient que de tels cas soient traités comme des crimes de flagrance. 

Après, la séance a été suspendue à 13 heures 57 minutes pour reprendre à 16 heures 07 minutes.

La séance s’est poursuivie par la présentation de l’exposé des motifs du deuxième projet de loi susmentionné par le ministre de la justice, de la protection civique et garde des sceaux, Madame Aimée Laurentine KANYANA qui avait représenté le Gouvernement.

Dans sa présentation, le ministre a fait savoir que le Président Pierre NKURUNZIZA au cours de l’exercice de son pouvoir, a rencontré plusieurs difficultés de la part des ennemis du pays qui voulaient la déstabilisation de notre patrie. Malgré tout cela, Son engagement, son dévouement exceptionnel à la défense de la souveraineté nationale, à l’éveil de la conscience des Burundais et au développement du pays d’une manière exemplaire à travers plusieurs œuvres, ont fait preuve de son attachement à l’amour de la patrie. A-t-il enrichi. Dans le but de manifester sa reconnaissance, la population burundaise par le biais de ses représentants au Parlement a jugé bon d’octroyer au Président Pierre NKURUNZIZA le Statut de Guide Suprême du Patriotisme. A-t-il conclu.

Après l’exposé, la parole a été accordée au président de la commission saisie au fond pour la présentation du rapport de cette derniére.

 

Au sujet des questions du débat d’ordre général, en plus des amendements formulés par la commission permanente, les sénateurs ont proposé d’autres amendements en séance plénière qui ont été par la suite adoptés.

 

Soumis au vote, le projet de loi a été adopté à l’unanimité des voix exprimées.

 

Avant de clôturer la séance, les sénateurs ont demandé à la commission permanente chargée des questions politiques, diplomatiques, de défense et de sécurité de préparer une question orale avec débat à adresser aux ministres concernés par la mesure de déménagement vers la capitale politique à Gitega au début de la session ordinaire du mois d’avril pour expliquer les raisons qui ont motivées la non-exécution de cette dernière.

 

Ils ont également échangé sur deux cas de litige. Premièrement, il s’agit d’un litige entre la mairie et le ministère de l’éducation nationale à propos d’une maison qui aurait été vendue par la mairie alors qu’elle appartenait au ministère de l’éducation nationale.

 

Un autre cas de litige oppose la mairie et un citoyen sur une parcelle sise au quartier Gasekebuye en zone de Musaga. Pour tous ces cas, les sénateurs se sont convenus de s’en occuper afin de trouver une solution durable.

 

La séance s’est clôturée à 17 heures 58 minutes dans un climat d’entente parfaite.

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Autres articles