COMPTE RENDU SYNTHETIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU SENAT DU 30 AVRIL 2019 RELATIVE A L’ADOPTION DU PROGRAMME DES ACTIVITES DE LA PERIODE DU 29 AVRIL AU 10 MAI ET A L’ANALYSE ET L’ADOPTION DU PROJET DE LOI PORTANT RATIFICATION PAR LA REPUBLIQUE DU BURUNDI DE L’ ACCORD DE DON N° 2000002606 POUR LE FINANCEMENT DU PROJET D’INTENSIFICATION DE LA PRODUCTION AGRICOLE ET DE REDUCTION DE LA VULNERABILITE AU BURUNDI (PIPARV-B) ENTRE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI ET LE FONDS INTERNATIONAL DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE( FIDA), SIGNE A ROME LE 13 FEVRIER 2019

L’an deux mille dix-neuf,  le trentième  jour du mois d’avril,  les sénateurs se sont réunis en l’hémicycle du Sénat à Gitega pour la 217ème séance de la cinquième législature pour « adopter  le  programme des activités de la période  du 29 avril au 10 mai 2019 » d’ une part et « analyser et  adopter le projet de loi portant Ratification  par  la République du Burundi de l’ Accord  de don  n° 2000002606 pour le financement du projet d’Intensification de la Production  Agricole et de Réduction de la Vulnérabilité au Burundi (PIPARV-B) entre la République du Burundi et le Fonds International de Développement Agricole( FIDA), signé à Rome le 13 février 2019 » d’autre part.

Les travaux de cette séance ont été dirigés par le 1er Vice-Président du Sénat, Honorable Spès-Caritas NJEBARIKANUYE. Cette séance qui a connu la participation   de 33 sénateurs a bénéficié aussi de la présence d’un représentant du Gouvernement, le Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement, Monsieur Déo Guide RUREMA. Elle a débuté comme d’habitude par une  prière à 13 heures 30 minutes pour se clôturer à 15 heures.

 

Procédant à l’ouverture de la séance, le  Premier Vice- Président du Sénat  a d’abord souhaité la bienvenue aux honorables sénateurs et  a ensuite  procédé à la présentation du projet de programme de deux semaines qui était libellé comme suit :

  • Lundi, le 29 avril 2019  toute la journée, les sénateurs ont travaillé dans leurs commissions respectives.
  • Mardi le 30 avril 2019, s’est tenue une réunion des deux bureaux , suivie  par une séance plénière d’adoption du programme des activités de la période du 29 avril au 10 mai 2019 et de l’analyse  et l’adoption du projet de loi portant ratification  par  la République du Burundi de l’Accord  de don n° 2000002606 pour le financement du Projet d’Intensification de la Production  Agricole et de Réduction de la Vulnérabilité au Burundi (PIPARV-B) entre la République du Burundi et le Fonds International de Développement Agricole( FIDA), signé à Rome le 13 février 2019. Il était prévu que dans l’après-midi,  les sénateurs travailleront dans leurs commissions respectives.
  • Mercredi 1er mai 2019, il y a congé car c’est une fête correspondant à  la journée internationale du travail et des travailleurs célébrée le 1er mai de chaque année.  
  • Jeudi et  vendredi le 2 et  le 3 mai 2019 dans l’avant midi, les sénateurs travailleront en commissions. Dans l’après midi de vendredi, comme à l’accoutumée à partir de 15 heures, les sénateurs et le personnel du Sénat s’occuperont des activités sportives.

Quant à  ce qui concerne la semaine du lundi 6 au 10 mai 2019, le programme est libellé  ainsi:

  • Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi les 6, 7, 8, 9 et 10 mai 2019, les sénateurs travailleront  dans leurs commissions respectives. Et comme d’habitude, l’après midi de vendredi à partir de 15 heures,  sera consacré aux activités sportives aussi bien pour les sénateurs que pour le personnel du Sénat.

Au terme de la présentation de ce programme, les sénateurs l’ont adopté à l’unanimité.

Puis Madame le Premier Vice- Président du Sénat a invité le représentant du Gouvernement afin d’aborder le deuxième point  à l’ordre du jour et de présenter ainsi l’exposé des motifs du projet de la loi susmentionnée.

Dans sa présentation, le Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement a indiqué  que c’est un projet qui va permettre de réduire l’extrême  pauvreté alimentaire, améliorer l’état nutritionnel  des ménages ruraux dans le plateau central burundais. Ceci, a-t-il ajouté, aboutira à une augmentation des revenus et l’amélioration des conditions de vie  de  ces familles dont la majorité sera dans la catégorie des femmes et jeunes, tout en accordant plus d’importance à la dimension genre. Une autre plus- value pour la population rurale  dans ce projet  est l’utilisation de l’eau de pluie pour l’irrigation dans les périodes sèches ; une pratique nouvelle   permettant aussi de protéger la couche du sol utile pour les terres cultivables

 

Après l’exposé des motifs, la parole a été accordée à l’Honorable AHISHAKIYE Emérence Présidente de la Commission permanente chargée des questions administratives, de décentralisation et du contrôle de la représentativité dans les institutions,  en vue de présenter le rapport de la commission saisie au fond.

 

Le Premier Vice- Président du Sénat a par la suite accordé la parole aux sénateurs pour qu’ils s’expriment au titre du débat d’ordre général.

 

S’agissant de l’inquiétude formulée par les sénateurs sur le choix très réduit des régions cibles pour ce projet et dont l’impact risque de créer des inégalités dans le développement du milieu rural, le Ministre les a tranquillisés en disant que  toutes les provinces ont été programmées par ce projet. Toutefois, a–t-il souligné, l’intervention dans les autres  régions se fera par étapes. C’est ainsi qu’il s’est exprimé sur les cinq provinces identifiées  en disant qu’elles sont les plus densément peuplées du pays et sont affectées par des taux de malnutrition  particulièrement élevés.

  

Quant à la question de savoir comment le Ministre compte éradiquer  le fléau de la malnutrition parmi la population burundaise, le Ministre préconise l’approche qui consiste  d’abord  à sensibiliser les ménages à changer  d’habitudes alimentaires notamment par la consommation des légumes et de fruits qui sont généralement riches en nutriments et vitamine ; ensuite à promouvoir la production de ces cultures et l’élevage du petit bétail en invitant les ménages  surtout ruraux  à les cultiver  et à élever le petit bétail chez eux, permettant  de se procurer des protéines animales.

 

Concernant la mécanisation agricole, le Ministre reconnait qu’il reste un facteur de production qui a le moins progressé au Burundi suite à la lourdeur des investissements que la mécanisation exige (coût élevé des machines). Toutefois,  afin de pallier au problème d’intensification agricole et d’oisiveté des jeunes délinquants, le Ministre Déo Guide invite les autorités administratives et les représentants du peuple, à sensibiliser et encourager la population  à travailler davantage en association ou dans les coopératives de production agro-pastorale.

 

Avant de clore ces questions d’éclaircissements, les honorables sénateurs ont exprimé leur sentiment de satisfaction concernant les efforts fournis par le Ministre et  dans l’amélioration des conditions de vie de la population surtout rurale. Ils ont  ainsi  suggéré  au Ministre  pour l’appuyer, de créer d’autres sous- projets à partir de ce projet PIPAERV-B et particulièrement ceux qui pourraient générer de l’emploi,  notamment dans le traçage des routes et dans l’enseignement et la sensibilisation de la population pour l’éradication de la malnutrition.

Après, ce projet de loi a été soumis au vote et a été adopté à l’unanimité dont  33 sénateurs présents  et 6 procurations.

La séance qui s’est déroulée dans un climat d’entente parfaite s’est clôturée  à 15 heures.

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*