Le Parlement s’inscrit en faux contre la réduction de 1000 troupes burundaises au sein de l’AMISOM

P1

Dans l’après-midi de jeudi 21 février 2019, les deux Chambres du Parlement burundais se sont réunies, en Congrès dans l’hémicycle de Kigobe, en Mairie de Bujumbura, pour analyser et prendre un engagement sur la décision prise par la Commission de l’Union Africaine d’exiger la réduction de 1000 personnels de l’AMISOM sur le seul contingent burundais.

Au cours de cette séance, le Gouvernement burundais était représenté par le Ministre de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes et celui de la Défense nationale et des anciens combattants, respectivement Alain Guillaune Bunyoni et Emmanuel Ntahomvukiye, pour répondre aux différentes préoccupations des parlementaires.

P3 P2

Lors des échanges et débats, les députés et sénateurs ont été unanimes et ont tous rejeté cette décision qu’ils ont qualifiée d’injuste. Ils ont salué la contribution des troupes burundaises dans l’extension de la paix et la stabilisation de la Somalie.

Ces élus du peuple ont exprimé leurs vives préoccupations désormais face à la capacité d’Al-Shabaab de mener des attaques terroristes et meurtrières.

Le Parlement burundais a demandé à la Commission de l’Union Africaine de reconsidérer cette décision et a recommandé au Gouvernement burundais de ressaisir le Président en exercice de l’Union Africaine pour sursoir au programme de rapatriement des troupes burundaises.

P4

Les parlementaires ont, en outre, demandé la tenue d’un Sommet des Chefs d’Etats des pays contributeurs des troupes au sein de l’AMISOM afin de parvenir à une situation consensuelle et juste.

Au terme du débat, le Parlement burundais a sorti une déclaration signée conjointement par le Président de l’Assemblée Nationale, Très Honorable Pascal Nyabenda et le Président du Sénat, Très Honorable Révérien Ndikuriyo.

Cette déclaration sera transmise au Président en exercice de l’Union Africaine, au Secrétaire Générale des Nations Unies, au Parlement panafricain, etc.

Lire la déclaration.

 

 

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*