Le Président du Sénat interpelle les responsables de l’éducation à s’impliquer davantage dans l’éducation de la jeunesse

P1

Très Honorable Révérien Ndikuriyo, Président du Sénat, a lancé un appel vibrant aux responsables de l’éducation, les directeurs des écoles, les enseignants,  les administratifs, les parents et bien d’autres,  à s’impliquer davantage dans l’éducation de la jeunesse pour dire non aux grossesses précoces afin de raffermir l’éducation de nos ancêtres.

Il a tenu ces propos lors des cérémonies de remise des prix aux directions provinciales et communales de l’enseignement et aux écoles qui ont lutté sensiblement contre les grossesses précoces en milieux scolaires, en date du 12 décembre 2018, dans les enceintes de l'Hôtel Tropitel, en province Gitega. Ces festivités étaient organisées par le Sénat, en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP).

P4 P3

Ces prix étaient constitués par des postes téléviseurs, des dictionnaires et des ballons de jeux de football, volleyball et basketball, et ont été décernés aux directions provinciales de l’enseignement (DPE) de Cankuzo, Muramvya, Muyinga et aux directions communales de l’enseignement (DCE) de Gisagara, Bubanza et Kirundo.

Dans son allocution, Très Honorable Ndikuriyo a indiqué que la plupart des élèves qui se laissent engrosser se retrouvent dans les écoles mixtes à régime d’internat ainsi que les collèges et lycées communaux. Il a également mentionné qu’une autre cause de ce vagabondage sexuel est la pauvreté des parents qui ne parviennent pas à satisfaire le besoin matériel de leurs enfants.

Le Président de la Chambre haute du Parlement a précisé que la  corruption est aussi l’une des causes du vagabondage  sexuel dans les écoles où une fille peut avoir une note qu’elle n’a pas méritée parce qu’elle a couché avec son enseignant. ‘‘C’est très honteux pour un enseignant de poser, en tant qu’éducateur, un tel acte sur son éduquée. Cette attitude doit être sérieusement réprimée’’, a-t-il souligné.

Il a déploré qu’il y ait des hommes de mauvaise foi qui bafouent les droits de l’enfant alors que ce sont eux qui devraient les protéger. A cet effet, Très Honorable Ndikuriyo a dit qu’il est très nécessaire de conjuguer les efforts dans la lutte pour la protection des droits des enfants étant donné qu’ils constituent le Burundi de demain.

En outre, le Président du Sénat a demandé à la jeunesse d’étudier davantage pour préparer leur vie future, celle de leur ménage et celle de leur patrie.

Dans l’optique de réprimer cette mauvaise mentalité de grossesses non désirées aux jeunes filles, il a fait savoir que des ateliers de sensibilisation devraient être organisés à l’intention des enseignants de tout le pays car  ce sont eux qui sont chargés de l’éducation des enfants en milieux scolaires.

Très Honorable Ndikuriyo a saisi de l’occasion pour remercier le FNUAP qui ne cesse d’appuyer l’Institution sénatoriale dans les activités de lutte pour les droits de l’enfant. Il a, enfin, promis que le Sénat ne ménagera aucun effort pour lutter contre ce mauvais comportement qui envenime la jeunesse du pays.

P6

Le Représentant Résident du FNUAP-Burundi, Dr Richard Tiemoko, a, quant à lui, remercié le Président du Sénat pour son attachement du bien-être de la jeune fille burundaise en luttant contre les grossesses non désirées en milieux scolaires. ‘‘Les efforts conjoints commencent à produire des fruits, en témoignent la réduction des effectifs de 2016 des filles engrossées qui étaient plus de 2 mille’’, a-t-il signalé.

A cet égard, Dr Tiemoko a félicité le Sénat et certains ministères qui ont contribué pour qu’il y ait cette réduction. ‘‘Notre objectif est de continuer à œuvrer pour aboutir à zéro grossesse en milieux scolaires’’, a-t-il renchéri.

Bien plus, le Représentant Résident du FNUAP-Burundi a encouragé les enseignants, les parents et les élèves à jouer un rôle prépondérant dans le renforcement de l’éducation à l’intérieur et à l’extérieur des établissements scolaires.

P2

Il a réaffirmé l’engagement du FNUAP de continuer à appuyer le Burundi pour qu’il soit un champion dans l’éducation de la jeune fille et d’atteindre un développement durable.

Prenaient part aussi à ces festivités, les deux Vice-présidents du Sénat, Honorable Spès-Caritas Njebarikanuye et Honorable Anicet Niyongabo;  le Représentant Résident du FNUAP-Burundi, Dr Richard Tiemoko; les représentants des ministères ayant l’éducation, la santé, la solidarité et le genre dans leurs attributions; le gouverneur de la province Gitega, M.Venant Manirambona; les gouverneurs des provinces Muyinga et Cankuzo respectivement Mme Aline Manirabarusha et M.Désiré Njiji; les représentants des DPE, DCE précitées et des écolières de ces directions d’enseignement.

P5

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*