Discours prononcé par Son Excellence Honorable Révérien Ndikuriyo, Président du Sénat du Burundi, lors de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire de Décembre 2018

Honorable Deuxième Vice-président du Sénat;

Honorables Sénateurs;

Monsieur le Président de la Cour Suprême;

Excellences Mesdames, Messieurs les Ministres;

Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle;

Monsieur le Président de la Cour des Comptes;

Monsieur le Procureur Général de la République;

Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante;

Honorable Monsieur le Maire de la Ville de Bujumbura;

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire accrédités au Burundi;

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales;

Distingués invités;

DSC_0005

1. Permettez-nous d’abord de remercier Dieu qui nous a gardés et qui a protégé notre pays pendant cette période des vacances parlementaires. Au nom du Sénat de la République du Burundi et en notre nom propre, nous vous souhaitons la bienvenue dans cet hémicycle. Nous vous réitérons nos vifs remerciements pour avoir sacrifié vos activités afin de vous joindre à nous dans cette cérémonie.

2. Comme annoncé lors de la clôture de la session ordinaire d’août, en date du 31 octobre 2018, nous nous réunissons encore une fois dans cet hémicycle, pour procéder à l’ouverture solennelle de la session ordinaire de décembre, conformément à la Constitution de la République du Burundi, en ses articles 179 et 190.

3. Conformément à l’article 190 de la Constitution, nous nous sommes réunis en session extraordinaire du 12 au 23 novembre 2018. L’agenda de la session était le suivant :

i. Etablir la liste des membres de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) ainsi que son Bureau à transmettre au Président de la République pour nomination conformément aux articles14; 15 et 16 de la loi n°1/022 du 06 novembre 2018 portant Modification de la loi n°1/18 du 15 mai 2014 portant Création, Mandat, Composition, Organisation et Fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation.
ii. Projet de loi portant changement du mode de gestion et de la structure du capital social de la SOSUMO.
iii. Projet de loi portant ratification du Protocole Paix et Sécurité de la Communauté Est Africaine.

4. Durant cette session extraordinaire, nous avons participé à une séance du Parlement réuni en congrès pour procéder à l’élection de treize candidats membres de la Commission Vérité et Réconciliation. Nous avons également adopté deux projets de loi envoyés par le Président de la République.
5. Lors de ces vacances que nous venons de terminer, nous avons réalisé plusieurs activités en rapport avec la coopération.
A partir du 05 jusqu’au 09 novembre 2018, nous avons participé à la 73ème session du Comité Exécutif et à la 41ème Conférence de l’Union Parlementaire Africaine, tenues à Abuja, au Nigéria. L’objet de cette conférence était d’analyser comment éradiquer le terrorisme en Afrique et dans le monde entier et les mesures à prendre face à l’abandon scolaire des jeunes filles causé par des mariages précoces.
A partir du 21 jusqu’au 24 novembre 2018, nous avons participé au Sommet des Leaders Africains de la Paix organisé par la Fédération pour la Paix Universelle au Cape Town en Afrique du Sud. Ce sommet a coïncidé avec la commémoration du centenaire de la naissance du Président Nelson Mandela.
Le Sénat du Burundi a également envoyé des représentants aux travaux de la 52ème Session de l’Assemblée Parlementaire ACP. Ces représentants vont aussi participer à la 36ème session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.

6. En date du 30 novembre 2018, le Parlement du Burundi a ouvert solennellement le 9ème tournoi des jeux interparlementaires des pays membres de la CEA, édition 2018. Ces jeux sont organisés chaque fin d’année et pour cette édition, le Burundi a été choisi comme pays hôte. Ils se déroulent ici à Bujumbura, et prendront fin le 07 décembre 2018.

7. Durant ces vacances, une commission ad hoc des sénateurs chargée du suivi de la mise en application des recommandations formulées par le Sénat et de la collecte des doléances de la population a continué ses travaux. Nous saluons les efforts significatifs de cette commission à la résolution des conflits internes.

8. Après avoir remarqué que le Sénat Belge soutient des réunions tenues à Bruxelles en dates du 28 et 29 novembre 2018 par certaines gens qui sont poursuivis par la justice burundaise, nous avons envoyé une note au Président du Sénat Belge signifiant que le Burundi est un pays indépendant, que ses affaires ne sont pas gérées en Belgique comme il était d’usage dès le 21 août 1925, quand le Roi des Belges a promulgué la loi régissant l’administration belge au Burundi. Les conséquences de cette loi handicapent encore le Burundi.

9. Au moment où nous sommes en train de résoudre favorablement les problèmes causés par cette loi, il est évident qu’il y a certains burundais qui, soutenus par la Belgique, sont en train de tout faire, pour handicaper le pas satisfaisant déjà franchi par le Burundi. Les affaires du Burundi concernent les Burundais eux-mêmes. Que personne ne soit distrait par ces groupes de gens qui se prennent pour porte parole des Burundais, sans que personne ne les ait mandatés. Les affaires du Burundi seront gérées par les Burundais, et au Burundi.

10. Conformément à l’article 163 de la Constitution de la République du Burundi, durant cette session, nous allons analyser 9 projets de lois suivants:

1. Projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’Accord modifiant pour la deuxième fois l’Accord de Partenariat entre les membres du groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique d’une part et la Communauté Européenne et ses Etats membres d’autre part signé à Cotonou le 23 juin 2000 et modifié une première fois à Luxembourg le 25 juin 2005 ;

2. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord sur l’Etablissement de la Force en attente d’Afrique Orientale ;

3. Projet de loi portant Réglementation du médicament, de l’exercice de la pharmacie, la profession d’Opticien et de l’Art des Tradipraticiens ;

4. Projet de loi régissant les capitaux ;

5. Projet de loi portant création, délimitation de la commune Buhayira et délimitation de la commune Murwi en province Cibitoke ;

6. Projet de loi portant adhésion par la République du Burundi à la convention de 1954 relative au statut des apatrides ;

7. Projet de loi portant adhésion par la République du Burundi à la convention de 1961 relative à la réduction des cas d’apatridie ;

8. Projet de loi portant dispositions particulières au commerce du pétrole et des produits pétroliers au Burundi ;

9. Projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord cadre pour l’adhésion de la République du Burundi à l’alliance Solaire Internationale (ASI), signé à Bujumbura le 26 février 2018.

11. Concernant le contrôle de l’action gouvernementale, nous allons continuer à suivre la mise en application des lois adoptées et des différentes recommandations formulées lors des séances plénières portant sur les questions orales adressées aux représentants du Gouvernement sur l’exécution des politiques nationales.

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

12. Nous avons clôturé la session ordinaire d’octobre quelques jours après la commémoration du 25ème anniversaire de l’assassinat de l’héro de la démocratie, Son Excellence Président Melchior NDADAYE. Pas mal des Burundais mais aussi des étrangers, n’ont cessé de chercher à savoir qui a tué le Président démocratiquement élu. Nous encourageons le Gouvernement Burundais pour la mesure prise de faire des investigations approfondies pour mettre au grand jour les commanditaires de cet acte de barbarie, les exécutants et les complices, pour qu’ils soient traduits en justice et jugés afin d’éradiquer l’impunité dans notre pays. Et surtout, pour qu’aucun Burundais ou un étranger ne songe encore à aller à l’encontre de la volonté de la population par assassinat ou renversement d’un gouvernement démocratiquement élu.

13. Nous adressons, encore une fois, nos remerciements au Gouvernement pour avoir donné suite aux contributions issues de la retraite des Sénateurs qui a eu lieu en commune Nyanza-Lac en dates du 14 et 15 mars 2018 où nous avions demandé avec insistance que la loi régissant la Commission Vérité Réconciliation (CVR) soit amendée pour qu’il y ait des investigations sur ce qui s’est passé au Burundi sans ignorer ce qui s’est passé sous l’administration coloniale, surtout que nous avons constaté, au cours de cette retraite, que ce qui a endeuillé le Burundi après l’indépendance trouve son origine en cette période-là. Nous saluons donc le fait que le travail de cette commission portera sur la période allant du 26 février 1885 au 04 décembre 2008.

14. Durant cette session de décembre, nous allons continuer à tenir des réunions dans différentes communes du pays. Nous allons également continuer à sensibiliser la population au renforcement de la paix et de la sécurité, source de développement dans les ménages et dans tout le pays.

15. Dans le but de sensibiliser les jeunes filles en milieu scolaire à se protéger contre les grosses non désirées, nous allons donner des prix à trois directions provinciales de l’enseignement (DPE), trois directions communales de l’enseignement(DCE), ainsi que dix écoles qui se sont données corps et âmes pour réduire l’effectif des grossesses non désirées en milieu scolaire durant l’année scolaire 2016-2017. Le Sénat tient à remercier vivement l’ONG FNUAP pour avoir financé ce projet. Nous prévoyons continuer cette activité dans la province de Gitega en date du 12 décembre 2018.

16. Nous allons continuer à sensibiliser la population pour qu’elle continue à contribuer aux élections que va organiser le Burundi en 2020.

17. Pour ce mois de décembre, nous référant à l’article 3 du règlement d’ordre intérieur du Sénat, nous allons déménager le siège du Sénat vers la ville de Gitega. Nous allons clôturer ces travaux de la session ordinaire de décembre 2018, dans la ville de Gitega au mois de Février 2019.

18. Comme d’habitude, la commission ad hoc des Sénateurs chargée de recueillir les doléances de la population poursuivra sa mission.

Comme nous l’avons signalé, cette commission ne remplace pas la justice et d’autres institutions. Elle est plutôt chargée de recueillir les doléances de la population, pour les guider vers les instances habilitées. Cette responsabilité nous incombe en tant qu’élus du peuple.

19. Avant de clôturer notre allocution, permettez- nous de nous joindre à vous tous ici présents, pour féliciter les équipes nationales de football ‘‘Intamba mu Rugamba’’ pour différentes occasions de victoire, lors des tournois. C’est un grand honneur pour notre pays.

20. Pour terminer, nous voudrions souhaiter aux Honorables Sénateurs plein succès pour cette session de décembre 2018. Nous vous souhaitons également un joyeux Noël et vous adressons nos meilleurs vœux de l’an 2019.

Nous déclarons solennellement ouverte, aujourd’hui lundi 03 décembre 2018, la session parlementaire ordinaire de décembre 2018.

Vive le Burundi et son Indépendance;

Vive le Burundi et les amis du Burundi;

Que Dieu vous garde et protège le Burundi.

Je vous remercie.