Le Parlement rejette en bloc le rapport de la Commission d’enquête sur le Burundi

 P1

Le mardi 11 septembre 2018, le Congrès du Parlement, dirigé par le Président de l’Assemblée Nationale, Très Honorable Pascal Nyabenda, a analysé le rapport de la Commission d’enquête sur le Burundi et a adopté une déclaration dénonçant et condamnant fermement ledit rapport. Ce dernier parle des droits de l’homme au Burundi en s’inspirant sur des sources biaisées, constituées uniquement des données collectées auprès des individus et des organisations ayant comme objectif le parachèvement de la déstabilisation des Institutions démocratiquement élues. 

P5 P2

Le ministre de l’intérieur, de la formation patriotique et du développement local, Monsieur Pascal Barandagiye et celle de la justice, de la protection civique et garde des sceaux, Madame Aimée Laurentine Kanyana ainsi que celui des droits de l’homme, des affaires sociales et du genre, Monsieur Martin Nivyabandi avaient représenté le Gouvernement pour fournir des explications sur ce rapport.  Ouvrant les travaux de ce Congrès, Très Honorable Nyabenda s’est inquiété à cause des Commissions d’enquête  sur le Burundi qui ne cessent d’être créées depuis 2015, alors qu’elles n’ont pas été mises en place quand il y avait des crimes, par exemples lors de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore en 1961, les tueries de 1972, les massacres de 1988 dans les communes de Ntega et Marangara, l’assassinat du Président Melchior Ndadaye, démocratiquement élu en 1993, et bien d’autres. 

P4

Le Président du Sénat, Très Honorable Révérien Ndikuriyo, a signalé que ce rapport est plein de mensonges car ceux qui l’ont rédigé ne sont pas venus au Burundi pour se rendre compte de la réalité.  Les membres du Parlement ont souhaité que la Communauté internationale appuie le Burundi dans le rapatriement des réfugiés au lieu de perdre du temps dans la rédaction des rapports sans fondements.  Ils ont également demandé que les autorités organisent des séances d’enseignement de la population afin de  les inviter à se pardonner mutuellement dans leurs différences et à éviter l’impunité, dans le but d’être épargnée des rapports du genre.  

 P3

Les députés et sénateurs ont remercié les pays qui ne cessent de soutenir le Burundi dans différents conseils des Nations Unies, en l’occurrence la Chine, la Russie, etc.  Ils ont aussi demandé que les pays qui hébergent des réfugiés burundais, présumés coupables des crimes, les rapatrient pour qu’ils soient jugés conformément à la loi.   Les parlementaires ont demandé au Gouvernement de se plaindre auprès des instances judiciaires afin que ceux qui ont rédigé ce rapport soient punis, étant donné qu’ils ont proféré des propos diffamatoires à l’endroit du Président de la République.

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*