Discours d’ouverture de la Session ordinaire de Juin 2018 prononcé par l’Honorable Spès-Caritas NJEBARIKANUYE, Premier Vice-président du Sénat

Bujumbura, le 04 Juin 2018

 

Honorable Deuxième Vice-président du Sénat;

Honorables Mesdames, Messieurs les Sénateurs;

Monsieur le Président de la Cour Suprême;

Excellences Mesdames, Messieurs les Ministres;

Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle;

Monsieur le Président de la Cour des Comptes;

Monsieur le Procureur Général de la République;

Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante;

Monsieur le Maire de la Ville de Bujumbura;

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire;

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales;

Distingués invités;

P1

1. Permettez-nous d’abord de remercier le Dieu Tout Puissant qui nous a gardés et qui a protégé notre pays pendant cette période des vacances parlementaires. Nous nous rencontrons encore une fois tout en étant en bonne santé, et au moment où la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire burundais. Que Dieu soit loué.

 

Soyez les bienvenus et nous vous souhaitons de passer un agréable moment dans cet hémicycle. Nous vous réitérons nos vifs remerciements pour avoir sacrifié vos activités afin de répondre à notre invitation.  Ceci témoigne l’importance que vous accordez aux activités des représentants du peuple.

 

Honorables sénateurs,

Distingués invités,

2. Conformément à l’article 185 de la Constitution, nous procédons aujourd’hui, le lundi 04 juin 2018 à l’ouverture solennelle de la deuxième session ordinaire de l’année, la session de Juin.

3. Pendant les vacances parlementaires du mois de mai que nous venons de terminer, nous avons accompli beaucoup de projets très importants. Parmi nos réalisations, il y a notamment la sensibilisation de la population à participer massivement au referendum constitutionnel. Nous l’avons fait avec honneur et sagesse. Ce referendum constitutionnel a eu lieu en date du 17 mai 2018. C’est un grand honneur pour notre pays.

Honorables sénateurs,

Distingués invités,

P2 P5

4. La Constitution que les Burundais viennent de voter privilégie la paix, la réconciliation et l’unité nationale, conformément à l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, qui fut signé le 28 août 2000 ainsi que l’Accord global de Cessez-le Feu, qui est venu le compléter.                  

5. Nous avons apprécié  les résultats du referendum  publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendante, qui donnent le oui gagnant avec 73,26% des voix, le non 19,34%, les votes nuls 4,11% et les abstentions 3, 28% avec une participation de 96, 24% au scrutin. Ces mêmes résultats ont été validés par la Cour Constitutionnelle en date du 31 mai 2018.

6. Nous nous sommes aussi réjoui de la compétition entre le OUI et le NON. Nous sommes habitués à ce système qui caractérise le travail sénatorial, lors de l’adoption d’un projet de loi. Ce processus se termine par un vote, pour ou contre, les abstentions ainsi que les votes nuls. C'est exactement cet exercice que vient d'effectuer le peuple, lors du referendum constitutionnel.

La révision de la Constitution qui vient d’être votée a été proposée par la population lors du dialogue inter-Burundais organisé par la Commission Nationale de Dialogue Inter-Burundais.

7. A travers cette Constitution, le Burundi vient de prouver sa volonté de se conformer au  Traité portant création de l’EAC.

8. Le Burundi a aussi démontré sa ferme volonté de défendre sa souveraineté et son indépendance politique et économique.

9. Nous remercions les Burundais pour avoir participé massivement et très tôt le matin au scrutin, après notre sensibilisation. Nous leur promettons de les satisfaire par notre contrôle de la mise en application de cette Constitution. Le Sénat travaillera de façon à satisfaire aussi tout le monde, ceux qui ont voté oui, ceux qui ont voté non et ceux qui se sont abstenus lors du scrutin.

P3 P4

L’adoption de cette Constitution est une victoire pour tous les burundais : ceux qui ont voté oui, ceux qui ont voté non, ainsi que ceux qui se sont abstenus. Soyons plus solidaires que jamais, pour la construction de notre pays conformément aux exigences de cette Constitution.

10. Même si une Constitution qui convient pour le Burundi vient d’être adoptée, nous avons été choqués par ce qui est arrivé aux Burundais résidant  au Canada. Les dirigeants de ce pays leur ont refusé l’ouverture des bureaux de vote pour le referendum constitutionnel. Leur droit a été bafoué, alors que nous croyions que le Canada était parmi les pays où règne la démocratie.

Honorables sénateurs,

Distingués invités,

 

11. Durant ces vacances parlementaires que nous clôturons aujourd’hui, nous avons renforcé la coopération avec les autres Sénats et associations dont nous sommes membres. Nous avons envoyé une délégation pour représenter le Sénat Burundais à la session du Parlement Panafricain.

Le Sénat Burundais a également récemment envoyé sa délégation dans une réunion très importante  tenue à Saint Pétersbourg en Russie.

Aujourd’hui, l’Honorable  Président du Sénat participe à une conférence parlementaire à Moscou en Russie.

Honorables sénateurs,

Distingués invités,

 

12. Tous les représentants des différents pays qui ont déjà visité le Burundi après les mouvements insurrectionnels survenus depuis le 26 avril 2015, et après le Coup d’Etat manqué du 13 mai 2015 ont constaté que les allégations propagées par certains médias et publiés par certains sites internet sont totalement contraires à la réalité au Burundi.

Les membres du Bureau Exécutif de l’Union Parlementaire Africaine ont été satisfaits de la paix et de la sécurité qui règnent  dans notre pays.

C’est pour cette raison qu’ils ont clôturé leur session par  une déclaration invitant l’Union Européenne à lever ses sanctions prises contre le Burundi. C’est aussi pour cette raison qu’ils interpellent les pays membres du COMESA à prendre une décision d’autoriser la tenue au Burundi, son 20ème Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements.

Le Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie a envoyé une délégation ici au Burundi au mois de Novembre 2017. Cette délégation venait s’enquérir de la situation sécuritaire dans notre pays.

De retour de sa mission, cette délégation a sorti un rapport faisant état de sa satisfaction  de l’étape que le pays avait déjà franchie.

Tenant compte des rapports de ces missions que nous venons de citer, nous interpelons encore une fois le Parlement européen à envoyer, lui aussi, une délégation dans notre pays pour se rendre compte du pas que les Burundais ont déjà franchi en matière de renforcement de la paix et de la sécurité.

Honorables sénateurs,

Distingués invités,

13. Au cours de ces vacances parlementaires, nous nous sommes joints à la population dans les travaux de développement de notre pays.

 

14. Lors de nos visites dans certaines communes du pays, nous avons constaté que l’environnement est menacé. Dans plusieurs localités, les forêts ont été détruites. Il est nécessaire que les collines soient reboisées. La population nous a affirmé qu’ils sont prêts à planter des arbres au cas où ils auraient différents espèces de plants d’arbres, surtout ceux qui ne nécessitent pas beaucoup d’eau.  C’est pourquoi nous lançons un appel au Gouvernement afin qu’il prévoie tous les moyens nécessaires pour préparer, au cours de ce mois de juin, des plants d’arbres qui seront plantés pendant la petite saison des pluies.

15. Nous lançons un appel vibrant à la population pour qu’elle plante des arbres sur les montagnes accidentées, creuse des courbes de niveau et reboise les berges des rivières, et surtout les rivières qui traversent la ville de Bujumbura. Lors de nos rencontres dans les différentes communes, les experts en environnement ont conseillé de planter des arbres le long des rivières et surtout les arbres qui ne nécessitent pas beaucoup d’eau.

16. Nous allons continuer les visites que nous sommes en train de mener dans les communes du Burundi. Notre objectif est de visiter toutes les communes du pays avant la fin de l’année 2019. Lors de ces rencontres, nous allons continuer la sensibilisation de la population pour qu’elle s’attèle aux travaux de développement, afin qu’elle puisse contribuer à son développement et au développement de leur pays natal.

17. Lors de ces visites que nous allons continuer à organiser dans les communes, nous allons sensibiliser la population à adopter le planning familial, en utilisant les méthodes contraceptives.

18. Nous allons aussi renforcer notre lutte contre ceux qui freinent la scolarisation des filles par des abus sexuels ou en les forçant à des mariages précoces.

19. Nous allons poursuivre la sensibilisation de la population contre la polygamie. Cette pratique entraîne une démographie incontrolée, au rythme qui n’est pas proportionnel à la croissance économique. Elle entraîne également la propagation des commérages et de la haine, le désordre et l’indiscipline chez les enfants.

 

20. Concernant la mission du contrôle de l’action gouvernementale, durant cette session, nous allons suivre de près la mise en application des lois adoptées et des recommandations formulées chaque fois que le Sénat a invité différents membres du gouvernement pour répondre aux questions en rapport avec les doléances de la population.

21. Très prochainement, nous allons inviter un représentant du gouvernement pour qu’il nous éclaire comment la Loi N° 1/01 du 23 janvier 2017 qui prévoit comment l’Etat du Burundi collabore avec les Organisations non gouvernementales étrangères est en train d’être mise en application, surtout en son article 18 qui stipule que dans l’octroi de l’emploi aux Burundais, les équilibres de genre et d’ethnie doivent être respectés comme le prévoit la Constitution de la République du Burundi.

22. En ce moment où le monde entier est menacé par le changement climatique, nous allons vérifier si l’urbanisation est faite en conformité avec la loi. C'est une évidence, vous avez tous remarqué les inondations qui ont causé des dégâts matériels et humains dans  la ville de Bujumbura. Nous lançons un appel au Gouvernement pour stopper l’octroi des autorisations de construire partout où on constate que l’acquéreur ainsi que l’Etat perdent.

23. Nous allons également lancer un appel au Gouvernement pour prendre des mesures appropriées envers toute personne qui a construit en violation de la loi, et surtout ceux qui ont construit sur les rives du Lac Tanganyika, les bords des rivières et partout où l’environnement est menacé.

24. Concernant le contrôle de l’action gouvernementale, nous interpellons le Gouvernement à suivre de près la construction du barrage Kajeke pour laquelle on a déjà  énormément dépensé. Que ceux qui seront coupables de la lenteur des travaux de ce barrage soient traduits en justice conformément à la loi, que ce soit les organisations qui ont gagné ce marché, ou que ce soit un employé de l’Etat.

25. Le Sénat va encore demander que des études soient faites visant à déterminer si les travaux de construction de ce barrage  peuvent continuer et se terminer vite pour que  ce dernier  soit fonctionnel, ou bien que tous les travaux dudit barrage reprennent à zéro.

26. Au niveau de la santé publique, il s’est manifesté que la plupart  des patients  ne savent pas vers où se diriger lorsqu’ils vont se faire soigner. Nous allons vérifier si tous les centres de santé ou bien les hôpitaux ont mis à la disposition du malade tout ce qu’il lui faut savoir. Ainsi,  ceux qui ont besoin des services seront servis sans  être désorientés.

Honorables Sénateurs;

Distingués invités;

27. Parmi les missions assignées au Sénat, il y a aussi  l’adoption et l’approbation des lois qui conviennent au pays. Au cours de cette session, le Gouvernement nous a  envoyés  les onze projets de loi suivants:

  1. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord modifiant pour la deuxième fois l’Accord de Partenariat entre les membres du groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique  d’une part et la Communauté Européenne et ses Etats d’autre part signé à Cotonou le 23 Juin 2000 et modifié pour la première fois à Luxembourg le 25 juin 2005 ;
  2. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord sur l’Etablissement de la Force en attente d’Afrique Orientale ;
  3. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi du Protocole de la Communauté Est-Africaine sur la Paix et la Sécurité ;
  4. Projet de loi relative à la stabulation permanente et interdiction de la divagation des animaux domestiques et de basse-cour ;
  5. Projet de loi portant Code de l’Offre des Soins et Services de Santé ;
  6. Projet de loi portant Réglementation du médicament, de l’exercice de la Pharmacie, la Profession de l’Opticien et de l’Art des Tradipraticiens ;
  7. Projet de loi régissant les capitaux ;
  8. Projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de don n° D 276-BI pour le financement du projet pour la restauration et la résilience du paysage entre la République du Burundi et l’Association Internationale de Développement (IDA) signé à Bujumbura le 24 mai 2018 ;
  9. Projet de loi portant création, délimitation de la commune Buhayira et délimitation de la commune Murwi en province Cibitoke ;
  10. Projet de loi portant adhésion par la République du Burundi à la convention de 1954 relative au statut des apatrides ;
  11. Projet de loi portant adhésion par la République du Burundi à la convention de 1961 relative à la réduction des cas d’apatridie.

 

 

Honorables Sénateurs;

Distingués invités;

28. Avant de terminer, nous voudrions remercier la population pour sa contribution à l'organisation du référendum constitutionnel.

29. C’est pour  cette raison que nous lui réitérons notre appel à continuer de contribuer à l'organisation des futures élections de 2020.

30. Pour terminer, nous voudrions souhaiter aux Honorables Sénateurs plein succès pour cette session de juin 2018. C’est sur ce souhait que nous déclarons solennellement ouverte la session parlementaire ordinaire de juin 2018.

 

Vivent le Burundi et les Burundais;

Vivent les amis du Burundi;

Que Dieu vous garde et protège le Burundi.

Je vous remercie.

 

 

 

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*