Retraite sénatoriale d’échange sur la réforme administrative de 1929 et ses conséquences, en commune Nyanza-Lac

P2

Le mercredi 14 mars 2018, le Président du Sénat, Très Honorable Révérien Ndikuriyo, a rehaussé de sa présence les travaux d’une retraite des sénateurs, organisée par le Sénat burundais à l’East African Hotel, au chef-lieu de la commune Nyanza-Lac, en province Makamba, sous le thème ‘‘la réforme administrative de 1929 et ses conséquences’’.
Dans son discours d’ouverture, Très Honorable Ndikuriyo a rappelé que la première retraite sous ce même thème avait eu lieu en 2017 à l’Hôtel Source du Nil en Mairie de Bujumbura. Il a fait savoir que cette retraite allait permettre d’approfondir les connaissances sur les lourdes conséquences de cette réforme administrative opérée sous la colonisation belge.

Le Président du Sénat a saisi cette occasion pour démontrer qu’avant la colonisation, les Burundais étaient bien organisés, croyant en un seul Dieu, sous les ordres d’un Roi qui avait des subalternes l’aidant à diriger son royaume.

P1

Il a invité les participants à ces assises de bien suivre les exposés afin de fournir des arguments constructifs pour un avenir radieux du Burundi.
Lors de ces assises de 2 jours, les exposés qui vont attirer l’attention des participants sont centrés sur les aspects juridiques, historiques, anthropologiques, économiques, sociaux, politiques, sociologiques et internationaux de la réforme administrative de 1929.

P4

 

Dans les travaux de l'avant-midi de la première journée, les participants ont unanimement confirmé, lors des échanges et débats, que cette réforme a été à l’origine de la haine interethnique au Burundi; d’où les Burundais ont intérêt à être solidaires pour bâtir un pays où tout le monde vit aisément.

Ils ont également émis des recommandations visant à saisir les juridictions compétentes pour les crimes infligés aux Burundais durant la période coloniale en vue d’éventuels dédommagements; réclamer le rapatriement de toutes les archives gardées illégalement en Belgique et revaloriser les valeurs traditionnelles que le Burundi a perdues suite à la colonisation.

P3

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*