COMPTE RENDU INTEGRAL DE LA SEANCE PLENIERE DU 24 MARS 2016 RELATIVE A L’ADOPTION DE DEUX PROJETS DE LOI

L’an deux mille seize, le vingt-quatrième jour du mois de mars, les sénateurs se sont réunis en l’hémicycle du Sénat pour la 42ème séance de la cinquième législature pour  analyser et adopter deux projets de loi à savoir :

-le projet de loi régissant les bureaux d’information sur le crédit ;

-le projet de loi portant gestion de la dette publique au Burundi.

La séance qui était dirigée par Honorable Révérien NDIKURIYO, Président du Sénat,  a vu la participation de 30 Sénateurs présents avec 8 procurations.Elle  a débuté à 14 h 48 minutes pour prendre fin à 16 h 37 minutes.

Procédant à l’ouverture de la séance, le Président du Sénat a d’abord souhaité la bienvenue aux sénateurs, ensuite il leur a démandé d’adopter une légère modification du programme de la semaine pour que ces deux projets de loi soient étudiés dans l’après-midi.  Le programme a été adopté.

Il a par après accordé la parole  au représentant du gouvernement qui est le Ministre en charge des finances, du budget et de la privatisation, Honorable TABU Abdallah MANIRAKIZA pour présenter l’exposé des motifs du premier projet de loi. Le Ministre a fait savoir que le projet de loi sous analyse vient pour améliorer l’environnement des affaires, à attirer les investisseurs étrangers pour le développement économique du pays ainsi que la collecte et le traitement des données de crédit sur l’historique de crédit ou de paiement d’un client.

 

 

Concernant le second projet de loi, le Ministre a dit que ce projet de loi va donner un cadre légal, réglementaire et institutionnel pour une gestion moderne de la dette publique en tenant compte des paramètres liés au coût et au risque sans compromettre la viabilité des finances publiques et en soutenant la réalisation des objectifs de développement durable, de réduction de la pauvreté ainsi que ceux de développement des marchés financiers. En plus, il permettra au gouvernement de renforcer les efforts déjà déployés dans le sens de l’amélioration de la gestion des dépenses publiques et de combler les insuffisances du système de gestion de la dette publique.

Ensuite la parole a été donnée au Président de la commission permanente chargée des questions institutionnelles, jurdiques et des droits et libertes fondamentaux, Honorable Martin NITERETSE pour présenter le rapport du  premier projet de loi.

Par après c’était le tour du Président de la commission permanente chargée des questions économiques, de l’environnement, des finances et du budget, Honorable Immaculée NDABANEZE pour présenter le rapport du second projet de loi.

Après la présentation des deux rapports, l’occasion a été donnée aux sénateurs de s’exprimer dans le cadre des questions d’éclaircissement. Voici le déroulement de la séance en intégralité.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Banyakwubahwa bakenguzamateka, nyakwubahwa mushikinganji nk’ukwo tubifise kuri programme de la semaine, muratubabarira igikorwa tugomba turangure twari kugikora mu gitondo mugabo kubera hariho commission itari bwaheze twashimye kuvyimurira samunani. Nico gituma twagomba imbere yuko dutangura mudukundire duhindure programme de la semaine ku munsi wa kane itarike mirongo ibiri na zitatu aho kwandika imbere ya sasita, mudukundire tugire iyi analyse y’aya ma projets après-midi nibaza yuko ko mwarinze muza mwavyemeye. Programme irabaye modifié.

Banyakwubahwa nk’ukwo mubifise ngaho imbere yanyu kuri uyu muhingamo turafise projets de loi zibiri. Twagomba dutangurire kuri projet de loi régissant le bureau d’information sur le crédit. Reta y’Uburundi yaturungikiye umushikiranganji w’ikigega ca Reta kugira adusigurire imvo n’imvano y’integuro, hama turaza gusaba commission yize iri tegeko igire ico ishikirije.

Nyakwubahwa mushikiranganji twagomba tugusabe ushike ngaha imbere hanyuma uramutse aba sénateurs hanyuma uce uja k’umuriri  utubwire ivyatumye Reta y’Uburundi iturungikira integuro y’iri tegeko.

 

Umushikiranganji w’ikigega ca Reta

Murakoze nyakwubahwa mukuru  w’Inama Nkenguzamateka kumpa ijambo. Nyakwubahwa mukuru w’Inama Nkenguzamateka, banyakwubahwa bakenguzamateka, nk’ukwo rero ndi ngaha namwe mwese bakozi bo mu Nama Nkenguzamateka n’abakozi ba Reta mwamperekeje namwe bamenyeshamakuru, iri bwirizwa rya mbere ngiye gushikiriza ubu ni iryerekeye ivyo bita bureau d’information sur les crédits. Muri make ni ibiro bijejwe gutororokanya amakuru ajanye n’abasaba ingurane n’abazitanga kugirango bose borohegwe muri ako kazi.

Muri make iyo ama banki canke ayandi mashirahamwe akora akazi k’amabanki bashaka gutanga ingurane, hari information zimwe zimwe bakenera k’umuntu yasavye ingurane uwo ari we, nimba ashobora kuriha ingurane yasavye, nimba mu myaka iheze yaraheranye ayandi ma banques ; ni ibintu nk’ivyo.

Hanyuma mugihe badafise ayo makuru, bakiyatororokanya hari igihe bica bifata umwanya kugira batunganirize uwasavye ingurane. Ugasanga nya ngurane bayimuhaye batevye kumbure yari ayikeneye mu minsi mike canke bayimuha naho ugasanga bamuciye inyungu nyinshi bitewe nuko abasavye ingurane imbere yiwe muri uno mwaka canke mu myaka iheze bagiye bahemukira ama banques ntibariha neza, banque ihomvye iti reka ko tubonye n’uyu duce tubonerwaho tumuce inyungu nyishi kugirango tugire récupération y’ayo twatakaje.

Ibi biro rero ico bije gukora bije gutororokanya amakuru ku vyerekeye ama banques atanga ingurane bikayashira hamwe ku buryo ari uwusaba ingurane akeneye izo  informations azironka atarinze kwiruka, atarinze kuvunika cane canke na nya ma banki iyo akeneye information iyi canke irya k’umuntu yasavye ingurane ntibirigwe bagira ama enquêtes maremare kubera izo inforamations ziba zaregeranijwe n’amashirahamwe abifitiye uruhusha kandi yabimenyereye. Ivyo navyo mu vyo twita doing business iyo abagwizatunga bagiye kuzana imitahe yabo mu gihugu barabaza bakarondera informations bati mu Burundi hari bureaux d’information sur le crédit ko zihari . Basanze zitahari bikaba bibaye intambamyi décision ntibayifate canke bakayifata bagonanwa. Ivyo navyo muri doing  business hari rya shirahamwe rya banque mondiale rikunda gutanga amanota muri ubwo buryo bakavuga bati doing business, gukora business mu Burundi biragoye, mu Burundi  rero amanota dufise si menshi mu vyagiye bitubuza kuronka ayo manota hari ukwo tudafise ayo ma biro d’information sur le crédit. Twaravyize muri Reta dusanga bikenewe yuko hajaho amategeko afasha ivyo bureaux gukora, afasha n’abakeneye ingurane kworoherwa, afasha n’amabanki canke ayandi mashirahamwe atanga ingurane kuronka information zitomoye kandi bakazironka bitabagoye. Reta isanze ari ngombwa niho yaciye ivyemeza ica ibirungika mu Nama Nkenguzamateka na Nshingamteka kugira

namwe mudufashe  kugirango iryo bwirizwa rigenga ama bureaux d’information sur les crédits ryemezwe gutyo bidufashe kwongereza amanota ya doing business non sulement n’abo bagwizatunga bari hanze babashe kuza mu Burundi bazi ko hari amategeko atomoye abafasha kugira nabo akazi kabo kaborohere.

Ni muri iyo ntumbero ndi ngaha uyu musi nyakwubahwa  mukuru w’Inama Nkenguzamateka kugira muze kudufasha iri bwirizwa ryemezwe kugirango Reta nayo yorohegwe. Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze nyakwubahwa mushikiranganji, twagomba dusabe umukuru w’umugwi wize iri tegeko atubwire ingene bariciye irya n’ino n’ico bashoboye gushikako.

Umukenguzamateka NITERETSE Martin

Murakoze nyakwubahwa murongoye Inama Nkenguzamateka kumpa ijambo nk’uko mubivuze umugwi wamaho ujejwe des questions institutionnelles, juridiques et des droits de l’Homme et des libertés fondamentaux  waragize umwihwezo préliminaire w’iyinteguro y’ibwirizwa, haciye haba n’Inama ya bose ejo, ni naco gituma nagomba ndabashikirize ivyavuyemwo. Mumbabarire nk’ukwo twavyanditse mu gifaransa nza kubisoma mu gifaransa nyene, ariko ngira sinteba cane.

RAPPORT D’ANALYSE PAR LA COMMISSION PERMANENTE CHARGEE DES QUESTIONS INSTITUTIONNELLES, JURIDIQUES ET DES DROITS ET LIBERTES FONDAMENTAUX DU PROJET DE LOI REGISSANT LES BUREAUX D’INFORMATION SUR LE CREDIT

 

I.INTRODUCTION

 

En date du 23/03/2016, les membres de la Commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques et des droits et libertés fondamentaux se sont réunis pour  analyser le projet de loi dont l’objet est repris ci- haut.

Le Ministre en charge des Finances, du Budget et de la Privatisation avait représenté le Gouvernement pour fournir des éclaircissements nécessaires sur certains aspects de ce texte de loi aux membres de la Commission saisie au fond.

 

Lors de l’analyse du projet de loi, les Sénateurs membres de la commission saisie au fond se sont servis des documents ci- après :

  • La constitution de la République du Burundi ;
  • Le projet de loi  tel qu’envoyé par le  Gouvernement et son exposé des motifs ;
  • Le projet de loi tel qu’adopté par l’Assemblée Nationale.

 

Le présent rapport comprend les points ci-après :

  • L’introduction ;
  • L’intérêt du projet de loi ;
  • Le contenu du projet de loi ;
  • Les questions posées au représentant du Gouvernement ainsi que les réponses données ;
  • Les amendements de fond et de forme ;
  • Les recommandations ;
  • La conclusion. 

 

II. INTERET DU PROJET DE LOI

 

Au Burundi, le secteur financier est toujours marqué par l’absence d’un véritable système de collecte, de traitement et d’échange d’informations sur le crédit entre les parties  prenantes. En particulier, l’asymétrie d’information entre les fournisseurs de crédit d’une part et les clients d’autre part, pèse lourdement sur l’accès au crédit d’une grande partie d’acteurs économiques et entrave, en même temps, la bonne gestion des risques et partant la performance de l’ensemble  du système financier national.

 L’introduction d’un système d’information sur le crédit dans l’ordre juridique burundais vise non seulement à améliorer l’environnement des affaires, d’une part, et à attirer les investisseurs  étrangers pour le développement économique du pays, d’autre part. Mais aussi, elle permet de collecter et de traiter les données de crédit sur l’historique de crédit ou de paiement d’un client. L’échange d’information, dans ce sens, permet aux fournisseurs de crédit de déterminer la solvabilité des clients et partant, d’étendre le crédit jusqu’aux populations défavorisées.

Ainsi, la mise en place du présent projet de loi permet d’établir un cadre juridiquepour la création, l’agrément, le fonctionnementet la supervision des Bureaux d’information sur le crédit et régir d’autres questionsconnexes aux activitésdes BIC.Il incorporelargement les meilleures pratiques internationales en la matière.

 

Les BICdoivent être agréés par la Banquecentraleet sont placéssous le contrôleet la supervision de cette dernière.

 

 

 

 

 

III. RESUME DU CONTENU DU PROJET DE LOI

Le projet de loi comporte cinquante-huit articles subdivisés en neuf chapitres.

 

Le premierchapitretraitedes dispositions générales. Il précise l’objet, le champ d’application et donne la définition des termes clés. Le deuxième chapitre porte sur le rôle de la Banquecentralequi estl’autorité de supervision et de réglementation du système d’information de crédit. Elle dispose à cet effet de pouvoirs nécessaires pour assumer ses fonctions et devoirs en la matière.

 

Le troisième chapitre précise les conditions et modalités d’agrément des Bureaux d’Information sur le Crédit. Ceux- ci doivent être agréés par la Banque centrale, qui peut également suspendre ou retirer cet agrément en cas de circonstances précisées dans le même chapitre.

 

Le quatrième chapitre porte sur la réglementation des BIC. Il indique notamment la forme juridique que ces derniers doivent prendre, le capital social requis, les conditions que doivent remplir les administrateurs ou dirigeantsdes BIC et la tarification de leurs services.

Les chapitres cinq, six, sept, huit et neuf traitent respectivement de la production de rapports de crédit par les BIC, la supervision des BIC par la Banque centrale, les dispositions pénales et les sanctionsadministratives et pénales, le régime de liquidation et la protection des bases de données en cas de liquidation ainsi que les dispositions transitoires et finales.

 

IV. QUESTIONS POSEES AU REPRESENTANT DU GOUVERNEMENT ET LES REPONSES DONNEES 

Question 1 

Au sens du présent projet de loi, l’introduction d’un système des bureaux d’information sur le crédit vient pallier à un problème déjà existant dans ce domaine, à savoir celui relatif à l’octroi des crédits aux petits commerçants.

 

  1. Pourriez- vous, Monsieur le Ministre, nous renseigner  sur l’état des lieux dans le domaine de l’octroi des crédits? Quels sont les critères pris en considération par les institutions financières et les banques dans l’octroi de ces crédits ? Quels sont les défis auxquels font face ces institutions financières et les banques d’une part, et les demandeurs de crédit d’autre part?

 

  1. voudriez-vous nous expliquez de manière concrète le fonctionnement des BIC ainsi que les avantages que présente ce nouveau système ?

 

  1. Les burundais étant naturellement discrets, ils n’aiment pas parler de leur fortune et encore moins tout ce qui concerne leur vécu au quotidien. Qu’est ce que vous envisagez faire pour surmonter cette barrière?
  2. N’y aurait-il pas risque que les BIC soient en définitive perçus  comme un système destiné à contrôler la vie privée des gens ?

 

  •  

 

  1. -Etat des lieux en matière d’octroi de crédit.

Au 31 décembre 2015, le total des crédits du secteur bancaire est de 803 605,7 Millions de BIF, avec un taux d’impayés de 15,9%, la norme usuelle étant de 5%.

Les critères d’octroi de crédit varient d’une banque à une autre du fait de la libéralisation du secteur bancaire. Mais il y a des critères communs dans l’octroi de crédits :

1° l’identification du client ;

2° sa capacité et garantie de remboursement ;

3° la viabilité du projet à financer.

 

Dans l’octroi de crédits, les fournisseurs de crédit font face à différents défis :

  • Les prêteurs ne disposent pas d’informations suffisantes et fiables sur les emprunteurs potentiels pour pouvoir déterminer avec précision le niveau de risque ; on appelle souvent ce phénomène « asymétrie de l’information »,
  • Sans accès à ces informations, la seule alternative pour les prêteurs est de se protéger au moyen de garanties et de taux d’intérêts plus élevés.
  • Cette exigence exclut un grand nombre de personnes qui, pourtant, pourraient être de bons clients et polarise le crédit vers les plus riches.

 

  1. Le Bureau d’information sur le crédit est toute personne morale agréée pour collecter et traiter l'information sur le crédit, fournir des rapports de crédit et offrir des services à valeur ajoutée.

Comme mentionné dans l’article 26  de ce projet de loi, le Bureau d’information sur le crédit peut exercer les activités suivantes:

  1. La collecte, le traitement, la conservation, la gestion, l’évaluation, la mise à jour et la diffusion des informations sur le crédit dans le respect de la présente loi et des règlements y afférents ;

 

  1. La fourniture d’autres services notamment la notation des crédits, la tenue du registre des suretés mobilières, le traitement des demandes de crédit, la publication et le suivi des défauts de paiement, la recherche statistique, le suivi des débiteurs défaillants, la vente des documents, de logiciels et d’autres articles spécialisés en rapport avec ses activités, les services d’audit, les services de formation et d’expertise-conseil dans les domaines en rapport avec le crédit, la détection des fraudes ;

 

  1. Toute autre activité connexe autorisée par la Banque Centrale.

 

Sans préjudice de toute disposition contraire en rapport avec l’obligation de confidentialité, un Bureau d’information sur le crédit peut, dans le cadre de l'exercice de ses activités, collecter, conserver, traiter et diffuser dans les rapports de crédit et des services à valeur ajoutée qu'il fournit, des informations publiques ou contenues dans tout registre à caractère public.

De façon détaillée, les avantages du Bureau d’information sur le crédit au Burundi  sont:

1°       Pour les clients, il va permettre une meilleure accessibilité au crédit avec une tarification basée sur les risques individuels pouvant induire une baisse du coût du crédit et des garanties, une prise en compte de la réputation ainsi qu'une amélioration de la qualité du service et de la relation avec les institutions financières et les autres adhérents ;

2°       Pour les établissements de crédit et les autres institutions financières concernées, il va constituer un outil efficace d’analyse, d’évaluation et de gestion des risques, qui permet d'anticiper le surendettement des emprunteurs, de prendre de meilleures décisions dans l'octroi des crédits, de réduire l'asymétrie de l'information et d'augmenter le volume des emplois avec une amélioration de la qualité du portefeuille;

3°       Pour l’économie nationale, il va contribuer à l'amélioration du financement des agents économiques à moindre coût, du fait de ses avantages pour les emprunteurs et les prêteurs. Il va contribuer également à renforcer l'efficacité de la supervision de l'activité de crédit, notamment la prévention du surendettement et la maîtrise du risque systémique. Ce faisant, le BIC contribue à améliorer la réputation du pays sur le plan international et donne une appréciation de la solidité de son système financier.

  1. En cas de demande de crédit, les clients sont invités à justifier leurs capacités de remboursement, de fournir des informations sur leur fortune, leurs activités, les mouvements de leurs comptes, les états financiers pour les entreprises, les accréditifs pour les salariés, etc. Les demandeurs de crédit fournissent spontanément ces informations.

 

  1. Les informations relevant de la vie privée requises par les banques et établissements financiers sont les seules relatives à l’identification administrative classique et à la capacité de remboursement (Voir article 30 du projet de loi).

 

Question 2

 

Monsieur le Ministre, si nous nous référons à l’article 3 relatif aux définitions plus précisément la définition d’  une personne apparenté au fournisseur de crédit, il y a lieu de penser qu’aucune personne ayant des liens définis dans les points de la définition avec un fournisseur de crédit ne pourraouvrir ou exercer le rôle révolu à un bureau d’information sur le crédit.

 

Ne trouvez-vous pas, monsieur le Ministre que cela est une discrimination alors que des sanctions sont prévues à l’encontre de ceux qui livreront des fausses informations sur des sujets concernés ?

Pourquoi ne pas privilégier l’application des sanctions au lieu de priver aux gens leur liberté ?

 

  •  

 

L’article 22 du projet de loi autorise bel et bien les personnes apparentées aux fournisseurs d’informations à participer à la constitution du capital d’un BIC. Seulement leur participation est plafonnée (5% individuellement et 49% collectivement), pour garantir la bonne gouvernance non seulement des BIC, mais aussi des fournisseurs d’information.

Question 3

 

Au chapitre des définitions, le mot crédit est définicomme étant « une mise à disposition d’une somme d’argent ou d’un bien en faveur d’une personne, d’un garant éventuel d’un débiteur par un créancier ou une promesse , un accord portant sur l’acquisition de biens ou de services auprès d’un fournisseur de crédit, avec engagement du bénéficiaire  de rembourser ou de payer à une date ultérieure à la date d’acquisition , conformément aux modalités contractuellement convenues. »

 

Monsieur le Ministre, le mot promesse prête à confusion dans cette définition. Voudriez vous nous éclairer davantage ?

 

 

  •  

 

Les accords de principe, les engagements par signature sont des promesses de crédit. L’on peut citer à titre exemplatif les garanties de bonne fin en matière des travaux publics.

 

Question 4

 

L’article 7 relatif aux exigences d’agreement des BIC prévoit que seules les personnes morales de droit privé peuvent exploiter ou exercer des activités des BIC.

 

 

Monsieur le Ministre, pourriez-vous nous expliquer les raisons de cette exclusivité ?

 

  •  

 

Il s’agit d’une recommandation de la Banque Mondiale (BM) après une étude de faisabilité d’un BIC au Burundi.

 

La BM recommande une solution privée qui favorisera la participation des partenaires expérimentés en mesure de fournir l’expertise technique requise et de faciliter la collecte d’un capital suffisant pour financer le développement et les opérations au cours de la phase de démarrage inévitablement déficitaire.

 

Question 5

 

A l’article 26 au point 2, il est mentionné qu’un BIC peut exercer les activités relatives à la fourniture de services, parmi lesquelles le traitement des demandes de crédit.Cette activité est naturellement effectuée par les services de crédits des banques.

 

Monsieur le Ministre, pourriez-vous nous parler de la distinction et des perspectives de ces services identiques rendus par deux institutions différentes. Devront-elles collaborer en cette matière ? Quel sera leur niveau de collaboration?

 

  •  

 

En principe, le traitement des demandes de crédit a lieu à deux niveaux différents :

  • La collecte des informations concernant un client donné (rôle des BIC) ;
  • L’analyse de la capacité de remboursement et de la viabilité du projet à financer (rôle des fournisseurs de crédit)

Toutefois, les fournisseurs de crédit peuvent déléguer certaines de leurs tâches d’analyse de crédit aux BIC. C’est dans cet esprit que l’alinéa 2 de l’article 26 a été conçu dans le projet de loi.

 

 

Question 6

 

Pour créer un historique de crédit d’un individu donné, des moyens technologiques de traitement de l’information plus avancés sont incontestablement requis.

Monsieur le Ministre, auriez-vous déjà pensé à intégrer ces moyens technologiques dans les modalités de mise en place des BIC ou ce sont des multinationales qui vont réaliser ces activités ?

 

  •  

 

Parmi les conditions d’agrément, l’article 9, alinéa 3 du projet exige que le requérant justifie des capacités techniques et financières suffisantes.

Question 7

Le chapitre des dispositions transitoires et finales renferme des dispositions contradictoires à ce qui est prévu au niveau de l’article 37. En effet, ce dernier exige le consentement du sujet de données dans la livraison des informations qui le concerne. Les dispositions transitoires quant à elles dérogent au droit de consentement des clients en présumant leur consentement lorsqu’à l’entrée en vigueur du présent projet de loi, ils n’auront pas encore apuré leurs crédits.

  1. Monsieur le Ministre, qu’en dites-vous ?
  2. Pourriez-vous expliciter les garanties de la confidentialité des données reçues auprès des sujets ?

 

  •  

 

  1. Contradiction apparente entre l’article 37 et les dispositions transitoires et finales.

L’article 55 du projet sous analyse est une modalité pratique de mise en œuvre de l’article 37 concernant les crédits en cours au moment de l’entrée en vigueur de la loi. En effet, il serait peu commode et très coûteux de demander aux bénéficiaires des crédits en cours de donner systématiquement leur consentement. L’article 55 donne une solution pratique et économique au problème.

  1. Garanties de confidentialité

L’article 28indique clairement comment, à qui et dans quel but l’information est communiquée par un BIC.

Les articles 32, 33, 34, 37 et 41 organisent la sécurité des données. Quant à l’article 50, il prévoit la sanction pour violation de la confidentialité des informations sur le crédit.

En outre, le fait que les BIC seront sous la supervision de la Banque Centrale constitue une garantie de taille.

 

Question 8

L’article 37 prévoit le consentement du sujet de données pour partager les informations sur son crédit. Monsieur le ministre, que se passerait-il au cas où  ce dernier refuserait de donner son consentement ?

Réponse

Selon l’article 37, il n’est pas envisageable que le client refuse de donner son consentement. En effet, selon cette disposition, toutes les conventions d’ouverture de crédit devront comporter une clause de consentement. Il convient de rappeler ce qui a été dit à la question 1, que les informations à fournir sont strictement en rapport avec l’identification et la solvabilité du client.

V. AMENDEMENTS

  1. Amendements de forme

 

No

Art.

Amendement

Motivation

1

Art. 3 

  1. définition de la «  base de données »

Après «  ou », effacer « autrement » 

Enlever le gras sur le mot « un »

  1. définition du crédit : placer le groupe de mots « par un créancier » après le mot disposition à la première ligne. La définition devient : « la mise à disposition par un créancier d’une somme d’argent ou d’un bien en faveur d’une personne, d’un garant éventuel d’un débiteur ou une promesse, un accord portant sur l’acquisition de biens ou de services auprès d’un fournisseur de crédit, avec engagement du bénéficiaire de rembourser ou de payer à une date ultérieure à la date d’acquisition, conformément aux modalités contractuellement convenues».

Mot de trop

 

 

 

Pour une meilleure compréhension

2.

dans tout le texte du projet de loi

Vérifier le contexte pour procéder à l’accord du mot « bureau »

 

Correction de forme

 

 

  1. Amendements de fond

 

No

Art.

Amendement

Motivation

1

Art.10 al.1

Reformuler le groupe de mots : par réglementation de la Banque Centrale comme suit : « par la banque centrale par voie réglementaire »

L’alinéa devient : « Les éléments constitutifs du dossier d’agrément pour les Bureaux d’Information sur le Crédit et leurs dirigeants et administrateurs sont précisés  par la banque centrale par voie réglementaire »

La réglementation sur les BIC n’existe pas encore à la BRB

2

Art. 46, 47, 50 et 51

Insérer dans ces dispositions le mot « administrative » après « amende »

« amende administrative »

La Banque Centralene peut que prendre des sanctions pécuniaires et des mesures administratives

 

 

VI. CONCLUSION

L’introduction d’un système d’information  sur le crédit dans l’ordre juridique burundais présente de nombreux avantages dans l’économie nationale. En effet, ce système favorise d’une part, un meilleur accès au crédit à moindre coût  et un faible degré d’exigence de garantie ; d’autre part,  l’expansion de l’activité économique, à travers l’amélioration de l’accès au financement des agents économiques, à moindre coût. Il contribue également au renforcement de l’efficacité de la supervision de l’activité de crédit et de la réputation de notre pays sur le plan international notamment en contribuant à renforcer la solidité du système financier. Il permet aussi la réduction du risque systémique et le phénomène d’asymétrie de l’information, et partant, l’attraction des investisseurs étrangers.

Ainsi, pour tous ces motifs, la commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques et des droits et libertés fondamentaux saisie au fond qui fait d’abord siens les amendements  de l’Assemblée Nationale, demande à l’assemblée plénière du Sénat d’adopter à l’unanimité le présent projet de loi tel qu’il est présent

 Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

 

 

Urakoze nyakwubahwa mukuru w’umugwi wize kuri iri tegeko, twumvise yuko wari wagerageje mugabo ntihobura umwe canke babiri bashobora kuba bafise ikibazo iki canke kiriya, twagomba duhe ijambo banyakwubahwa abakenguzamateka batari muri commission n’abo hari ico bashobora kuba batatahukiwe canke musanze vyose barabishitseko duce tubadanya ; twagomba rero tubahe ijambo muri aka kanya. Ndazi ko ibibazo bitaza kuba vyinshi kuko umenga kiratomoye, ndavye n’ama amendements ntiyabaye menshi. Honarable BUSUGURU.

Umukenguzamateka BUSUGURU Déo

Murakoze nyakwubahwa Président kumpa ijambo. Jewe nagomba mbaze iri tegeko, twumvise yuko mu vy’ukuri ryoba ryasabwe kugirango habe ama bureaux d’information biba vyasabwe na Banque Mondiale kuko bifasha mu guha ishusho ryiza ry’igihugu aba investisseurs  bakabona kuziraho. Akabazo ka mbere nagomba kubaza nagomba kummenya yuko igituma abo ba investisseurs tiennent absolument à l’existence de ces bureaux, izo informations zibafasha iki mu vy’ukuri?

Akandi kabazo kari ako kumenya, murabona iri n’itegeko riraba imyenda, imyenda yasabwa henshi, kuva mu tu associations, mu ma microfinances, ama banques hariho n’utundi tu associations dukeyi. Ivyo bintu biraba ama crédits asabwa mu ma banques  canke ça s’étend  sur toutes les institutions financières zoba ziriho.

Ikindi kintu mbona n’uko ivyerekeye la libéralisation des secteurs des banques, hari ahantu quelque part bishobora kuja en contradiction n’iri tegeko. Ni nk’ukwo les bureaux zishobora gufasha nk’ukwo nyakubahwa le Ministre avuze hari abantu bahora baronka ama crédits kunyungu y’umurengera, none ubu aya ma bureaux agiyeho Reta izoca ishiraho taux d’intérêt ama banques adategerezwa kurenga ahaye umwenda umuntu? Kuko ico ni co kumbure umunyagihugu yobonerako ko yungutse.

Hanyuma mu vy’ukuri  hariho n’ukwo mbona yuko  aya ma services yari asanzwe effectivement ariho, aya ma bureaux yariho mu ma banques izi informations  wewe baguhaye crédit ntibayugurura  ukwezi utarishe   nayo ivyo ngo barabe capacité financière hariho service crédits ihora ibiraba. Sinzi rero ko umuntu azogenda agasaba muri iyi bureau itanga information, hanyuma akaba ariho azoza kwishuza crédit. Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Honorable Victoire.

Umukenguzamateka NAHIMANA Victoire

Murakoze kumpa ijambo. Nari ngire nshimangire ikibazo mugenzi wanje abajije. Ayo ma bureaux nibaza ko ari ya ma intermédiaires y’umu client na banque. Ni nde azofata en charge les charges admnistratives z’ayo ma buraux ? Ni yaba ari umu client taux d’intérêt zisanzwe ari nini ubu mu ma banques wongeyeko la prise en charge administrative que le client devra supporter ntabwoba dufise yuko ahubwo hako tworohereza abantu kugira accès au crédit tuzohava dusanga tugize limite kuri capacité d’accession au crédit kuko les charges zizoba nyinshi ? Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze. Nibaza ko nyakubahwa le Ministre araza kwishura. Honorable Makurata.

Umukenguzamateka NDABANEZE Immaculée

Urakoze nyakwubahwa Président. Jewe ikibazo canje kijanye na question 8 et la réponse donnée par le Ministre. Selon l’article 37 il n’est pas envisageable que le client refuse de donner son consentement. En  effet, selon cette disposition toutes les conventions d’ouverture de crédit devront comporter une clause de consentement. Ni aha mpagaze. Déjà aba clients ils se plaignent que des contrats d’ouverture de crédits sont des contrats d’adhésion, ils n’ont pas placé leur mot. Maintenant on amène une clause de plus de  consentir à ce qu’un bureau soit vraiment dans leur intimité pour connaitre toutes  leurs richesses kuko nta muntu amenya ivyo utunze vyose, aheze ntabe yinjiye muri intimité yawe. Ntimubona yuko abagwizatunga bahora bidoga ;  déjà avec les clauses habituelles des contrats, c’est une contrainte de plus, consentir à ce qu’un bureau que vous n’avez pas choisi soit au courant de toutes vos richesses ; je vous remercie.

 

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Honorable Gloriose. 

Umukenguzamateka HAKIZIMANA Glorise

Jewe nashaka nse nk’uwushimangira akabazo Busuguru yabajije na Honorable Victoire. Jewe nashaka mvuge ko normalement ama informations nk’aya yose ubundi dans les pays développés ari centralisées muri banque centrale. M’ Ububirigi nta ma bureaux bayasaba. Mbe nyakubahwa mushikiranganji gushika ryari hazogera ko ibihugu vyo muri afrika bifatwa nk’ibihugu vy’iburaya ? Kuko aya mategeko bariko baradutoza ibi bavugango banque mondiale yavuze, kubera iki batabibwira abanyaburaya ? Jewe nshaka kuvuga yuko toutes ces informations zizoja dans un bureau, donc la discrétion, ubuzima bw’abantu buje kw’itara , alors que dans les pays comme la Belgique,  la France, la Hollande et partout,  les informations avant crédit sont centralisés muri banque centrale niho umuntu amenya iyo wuguruje ugafata ideni bakagenda baratanga ama informations, kandi no ngaha mu Burundi niko biri ,hariho un fichier  ihari ivuga ko umuntu ari un  bon ou mauvais payeur hanyuma bakabandanya. Numva umenga, sindiko ndavuga itegeko turaza kuritora ni ibisanzwe ariko mumenye ko c’est quand même domage ko tuguma sous la contrainte des ces histoires de banque mondiale  badutegeka  ibintu, alors que chez eux iwabo badashobora gukorerako. Murakoze Excelence.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Honorable Butoyi.

Umukenguzamateka Butoyi Evelyne

Murakoze honorable président kumpa ijambo. Na jewe sinja kure y’ivyo bagenzanje bariko barabaza. Ngomba atubwire mu majambo make nyakwubahwa umushikiranganji ku kibazo ca mbere sous question b ku bijanye na avantages presents de ce nouveau système kuko uriko urasoma inyishu batanze naho nyene uba plongé mu bintu vy’ibi textes. Nashaka mu majambo make valeur ajoutée par rapport y’ingene twari dusanzwe tubayeho kuko nk’uko ndiko ndavyumva, mbona umengo nta karusho. Urumva twashaka gusaba mu majambo make mutubwire ico umunyagihugu muto muto, ico twebwe dusaba ama credits tuzokwungukamwo muri iyi nouveau système? Murakoze cane nyakubahwa mukuru w’Inama Nkenguzamateka.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Twashaka dusabe nyakwubahwa mushikiranganji yishure ku ma préoccupations y’abakenguzamateka.

Umushikiranganji ajejwe ikigega ca Reta

Murakoze nyakwubahwa mukuru w’Inama Nkenguzamateka kunyongera ijambo. Ngerageje kugira résumé mw’ijambo rimwe ibibazo vy’abakenguzamateka numva yuko  umengo izi  bureaux d’information sur le crédit batumva valeur ajoutée yazo  bagakeka ko twe tubigira kugira pour satisfaire les intérêts za Banque Mondiale. Aho niho ngiye guhera kugira ngo tu « démystifier » gatoya. D’abord mpereye ku kibazo ca honorable Gloriose avuga ati iburaya hose  ntibibaho. Jewe  narabaye  muri Suisse izi bureaux zirahari kandi zirakora cane kandi même les magasins avant yo guha  crédit umuntu, même les garages baragenda bagafata information dans ces bureaux là. Umuntu uyu n’uyu ameze gute ? Bagaca bamuha information. Mu Bubirigi bishobora kuba bidahari peut être ariko muri Suisse hoho ndazi ko bihari.

Hanyuma tugerageje kugira démystification ya rôle ya Banque Mondiale, nimba twemera zirya rapports za Doing Busness, tukabona ko muri rapports za Doing busness igihugu cacu kiri k’umurongo w’ijana na mirongo itanu  na kabiri ku bihugu ijana na mirongo umunani tuca twibaza impamvu. Amanota tuyatakariza he ? Aho tuyatakariza nyene niho dukwiye gukorera kugira ngo ya manota dutakaza twongere tuyaduze. Absence des bureaux d’information sur le crédit n’imwe mu ma critères atuma turonka amanota mabi. Aho banque mondiale ihaba canke itahaba twipfuza yuko turonka amanota meza atuma abarwizatunga baza mu gihugu cacu ; banque mondiale ihaba itahaba aha tuba dukwiye kuhakorera. Yaradufashije gutahura iki kibazo yongera iduha n’uburyo kugira duhe igihugu amabwirizwa adufasha gushikira ayo manota ariko ntidukora ngo dushimishe l’intérêt ya banque mondiale. Aho birakwiye ko tubeshuza gato natwe turakeneye ko abagwizatunga baza. Nimba dushaka ko baza iyi bureau irakenewe. Hanyuma rero turabe la valeur ajoutée. Hari abibaza ko iyi ari charge suplémentaire ije kwiyongera ku yandi ma charges izotuma na coût du crédit ica iduga c’est-à-dire les taux d’intérêt. Ikiduza les taux d’intérêt ni risque.

Iyo banque ibona guha crédit urya canke uriya hari risque ico gihe la couverture du risque ni ukuduza les taux d’intérêt kugira ayo bahomvye mu bihe bihitiye bace bayagarura mu kuduza les taux d’intérêt. Or, mu nsiguro twari twatanze twerekanye neza yuko izi bureaux d’information sur le crédit zizotuma risque igabanuka. Risque igabanuka gute ? Risque igabanuka kubera yuko banque n’aya ma établissements atanga ingurane aba azi neza aba clients agiye guha. Si co kimwe n’uko woba ugiye kwaka ideni hanyuma kubera ko banque ifise mauvaise expérience n’aba clients aba canke bariya ice ivuga iti mwebwe mwarampemukiye none kugira ndabahe ideni ntegerezwa gushiraho inyungu zihanitse. Ico gihe banque iba ikoreye ku nkuru zitari zo bimwe bavuga ngo kujana nyabahururu au lieu ko le risque iba individuel. Le risque ntiba collectif.

Nama ntanga akarorero k’iburaya ababayeyo barabizi nko muma assurances iyo umaze imyaka 20 ata accident n’imwe ugira barashoye no kuguca ifaranga rimwe canke abiri symbolique kuko bavuga bati uyu muntu naho twomuha assurance ku buntu turazi ko ata ngorane kuko nta risque n’imwe iriyo. Ugiye kugira adhésion pour la première fois kubera batakuzi na comportement yawe mu gutwara imodoka bagusaba prime nini. Même chose iyo ama banques amaze kubona ko wafashe ingurane kenshi ukaba wishura neza nta nkeka ko wewe bazoguca intérêt ntoya kuko wewe ufise risque ntoya. Donc on individualisé le risque. Aho rero niho tubona yuko izi bureaux d’information sur le crédit au-delà y’aya mahera baca kugira batange information, le faut yuko batuma la banque iharura le risque réel taux d’intérêt nécessairement zizogabanuka. Niyo valeur ajoutée y’aya ma bureaux d’information sur le crédit.

Ikindi kibazo uko navyumvise ni uko mukeka yuko gutanga izi inforamations zikaba ziri muri domaine privé zikaja muri domaine public ari kwiyambura agashambara bigatuma mbere na dignité y’umuntu ija mw’ibarabara. Aha niho dukwiye kwibaza ikibazo kimwe. Hagati ya vie publique na vie privée umupaka uri hehe ? Kumwe bavuga ngo umuryambwa aba umwe atukisha bose, abantu bose bagiye gusaba ama crédits boca bitwa abaryambwa kubera ko hari umuryambwa yigeze kudatanga ivyo yariye ? Ahubwo  uwugira le risque nibamwerekane. Natanze akarorero k’abatwara imiduga mum’abarabara. Bari bakwiye gushira ikimenyetse ku modoka itwawe nabi ku buryo wewe uri kure uca uyizibukira ikarengana. C’est sa vie privée. Ariko mu gihe ateye danger abantu ibihumbi aca aba un danger public sa vie privée ntaco iba ikimaze par rapport ya vie privée y’abantu benshi agiye gushira en danger. Jewe sinumva ukuntu ntishura amadeni yanje ntoja kuri liste y’abatishura kugirango amabanki risque ntera ntibayisige uwundi mu client jewe ndakeka ko ari patriotisme yo gushigikira ko les mauvais payeurs bamenyekana ku buryo les risques zabo zitaja kwanduza ama dossiers y’abandi.

Nikwo jewe ndabibona ni nawo mupaka nshoboye guca hagati ya vie privée na vie publique. Dans tous les cas, les bureaux d’information sur le crédit ziraza zigafasha kugira le risque ibe individualisé. Kuvuga naho ngo izi informations ziri détenues par la banque centrale jewe ndakeka yoba ari na danger kubera yuko banque centrale ariyo igenzura ayandi ma banques. Banque commerciale nimba ikeneye des informations sur un client ikaja kuzisaba muri banque centrale hanyuma tugasanga yarihenze itanga de fausses informations ni ukuvuga zidakwiye zigatuma nya banki ifata de mauvaises décisions ; none banque rôle yayo yo gukurikirana le secteur privé yoba ari iyihe ? Ce n’est pas son rôle yo gutanga informations nk’izo.

Nubwo yoba izifise ce n’est pas son rôle yo kuzitanga. Jewe rero ngaha ndashimangira yuko ayo ma bureaux d’information sur le crédit azanye akarusho ku buryo le risque aho kuyifata muri rusangi bakayifatira la vraie personne bituma ibi vyo kujana nyabahururu bigabanuka kandi twarabonye ko n’ama intérêts azoca agabanuka.

Hanyuma honorable BUSUGURU yabajije ati aba ba investisseurs imbere yo kuza mu Burundi ni kuki bakeneye kumenya nécessairement izi informations. Empiriquement twabonye yuko aho izi informations zitari umenga ni manque de transparence kandi les investisseurs bashaka kuja gukorera mu muco ahantu hari transparence. Muri make rero, ndakeka nagerageje kwishura les préoccupations des honorables. Murakoze. Je suis toujours près à d’autres questions. Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Busuguru ngira ntiyanyuzwe. Baza.

Umukenguzamateka BUSUGURU Déo

Hariho ikibazo ni ukuri cabajijwe kiti qui va payer les services ? Ico kintu ntitwakironkeye inyishu nyakubahwa président. Donc, le client ariwe ayirishe ça va alourdir la procédure hanyuma n’ayo mafaranga yavuze ava quelques part, ava kuri crédit kuko nk’ubu nimba jewe ndoye gusaba 20.000.000Fbu de crédit  bampereza 18.000.000Fbu kuko bavuga bati twakuyemwo assurances, hypothèques n’ibindi vyose. Ubu naho bazoca bakurako n’aya bureau d’information sur le crédit. Navyo bikaba biragiye ngaho urumva ko ndemerewe gose.

Ikindi naco banavuze bati muri Suisse ndazi ko bihari, jewe numvise izo service ingene zikora zo muri ivyo bihugu biteye imbere zikora nk’ukwo banque central ngaha iwacu isanzwe ikora. Jewe iyo mperanye dans une banque les engangements sindazirangure neza, iminsi yose iyo banque imenyesha la banque centrale quitte à ce que la banque centrale diffuse cela dans les autres banques commerciales zigaca zinyima crédit. Ngira ndinjira ngo wewe uri kuri liste noir. Kandi banque centrale siyo iba yarondeye izo informations. Zarondewe niyo banque mperaniye.

Jewe kubwanje hariho n’akandi kabazo nabajije none muri COOPEC, umuntu agiye gusaba crédit azoca muri iyo bureau? Sinzi ni vyaba ari vyo murumva ko gufasha umunyagihugu vyohava bitugora kuko umwarimu yahora asaba le crédit ategerezwa kuja kurondera bureau yuguruwe i Bujumbura jewe numva umenga ntibizomufasha ahubwo bizomuruhisha. Murakoze nyakubahwa Président.

 

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze. Jewe nibaza yuko nyakubahwa umushikiranganji aca yishura mugabo iyo bureau erega hariho amahera twari dusanzwe dutanga ya dossier. Nta mahera bahora bashira kuri crédit ngo frais de dossier. Bazoca bayaha iyo bureau. Nyakubahwa mushikiranganji ingo mwishure ico kibazo. Mugabo nibaza ko arya mahera ya dossier twahora dutanga kandi ntiyari make ariyo bazoca baha iyo bureau. Reka twumvirize kwanza.   

Umushikiranganji w’ikigega ca Reta

Murakoze kunyongera ijambo. Nyakubahwa mukuru w’Inama Nkenguzamateka ndakeka ko tutavyumva neza. Iyi bureau d’inforomation sur le crédit, uwukeneye gusaba crédit dans une banque ntuca ngaha muri iyi bureau kuko ntuhakeneye ariko ukeneye kumenya mu ma banques yose ari mu gihugu no mu ma établissements de microcrédits, ect…, ari mu gihugu ; conditions atangamwo crédit ukeneye kubimenya urahaca ukababaza uti ngirira comparatif des établissements zose ziri mu Burundi kugira ngo ndabe aho nsaba kandi nshobora kugira plus de chance de réussir. Ubasavye izo informations baraziguha ugaca uriha ariko nta obligations nimwe.

 

De même ugiye gusaba crédit dans une banque, banque ntikuzi canke ikuzi nabi kubera ko ikuzi par rapport ya benewanyu, les cousins bigeze kwambura nya banque nyene. Urumva bashoboye kukwima crédit bati wewe turakuzi uva mu muryango uyu n’uyu. Non iyo risque collectif baca bayigukurako bagaca baraba la personne de l’honorable BUSUGURU. Bakaraba muri base de donnés yabo. Honorable BUSUGURU n’ubwo ava muri uyu muryango w’abaheranyi we uko tumuzi ni uku n’uku n’uku. Bagaca bakugirira crédit yawe iri différent n’iyindi boha uyundi mwenewanyu yoba aje trente minutes après kubera ko bamuzi personnellement.

Alors taux d’intérêt zizogabanuka kubera iki. Kubera ko bo baziduza de façon général kugira ngo amahera bigeze guhomba bayagarukane kandi na expérience yarerekanye igihe bagira étude pour proposer iri bwirizwa hari icigwa cakozwe carerekanye ko non seulement mu Burundi no mu bihugu vyinshi, taux d’intérêt baziduza kubera méconnaissance des clients baje gusaba crédits mu gihe ubazi neza le risque urayigabanya hanyuma na taux d’intérêt zikagabanuka.

Aho rero après cette mise au point birumvikana yuko mu gihe uzosaba crédit batazohava crédit yawe bakatako 2.000.000Fbu ngo ni kubera ko bagiye guha bureau d’information sur le crédit boba bakosheje kubera ko iyo bureau d’information sur crédit ifise ukuntu ikora, ifise les charges et les produits.

De même la banque wagiye gusabamwo crédit yosigura gute ko muri crédit baguhaye bakase les frais d’inforamation bagiye gusaba bureau d’information sur le crédit, bwoba ari ubusuma. C’est une charge qu’ils vont défalquer igihe co kumenyesha impôt natwe tukamuca amakori tuzi ko amahera yatanze muri bureau d’information sur crédit ari une charge. Donc ça se répercute sur crédit yawe yongere ibe répercuté ku makori azoriha Reta. Bwoba ari ubusuma. Voilà jewe ndakeka avec iyo mise au point twumvikanye ko izi bureaux d’information sur le crédit ce n’est pas une charge supplémentaire ahubwo ije kworohereza ku buryo abagira analyse des demandes de crédit baba bafise informations zihagije si uwusaba crédit bamugirire le programme individualisé qui n’est pas basé sur le risque collectif. Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze banyakubahwa. Tubandanye dusabe abo muri service barabe yuko dukwiye kugira tubandanye kuko n’uwagize présentation hariho igice atari bwashikeko ca conclusion atubwire ko duhava tuvyemeza canke tutavyemeza.

Umukozi wo mu Nama Nkenguzamateka

Hari abakenguzamateka mirongo itatu.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Mirongo itatu. Hari procurations umunani. Honorable Spès Caritas yayinsigiye. Honorable Jean Marie MUHIGWA yayihaye Jennifer. Agrippine yayihaye Ildéphonse. Vénérande yayihaye Salvator. Venant Ruhuna yayihaye Appollinaire. Anicet NIYONGABO yayihaye Jean Pierre. Benoîte yayihaye Bède hanyuma Jacqueline yayihaye CUBWA. Donc mirongo itatu n’umunani.

Twagomba tuje ku gice ca kabiri des amendements. Hariho les amendements de forme na amendements de fond. Dutangurire kuri amendement ya mbere kuri article ya gatatu. Kuri amendement ya mbere ni définition de la base de donné après ou effacer autrement, enlever grand sur le mot un. Nibaza ko atangorane ifise, iyi amendement iremejwe. Amendement ya kabiri ni définition du crédit, remplacer les groupe de mot par un créancier après le mot disposition à la 1ère ligne. La définition devient ! Ngira ni akantu gatoyi bashizemwo kandi barakuvikanye. Iyi amendement iremejwe.

Amendement numéro ya kabiri, ni vérifier le contexte pour procéder à l’accord du mot bureau. Sinzi ko ari article, président wa commission.

Umukenguzamateka Martin NITERETSE

Merci Excellence, hariho ahantu henshi handitse bureau, un bureau avec accord. Ni ico twasavye ko à vérifier le contexte ko un bureau igira accord canke itayigira. Ni ico à vérifier bonyene. Ari un bureau ireke kugira accord, ari les bureaux hajeko accord.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Nibaza yuko ari un bureau, nibaza ko ari !

Umukenguzamateka Martin NITERETSE

Ni singulier en principe.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Nibaza ko ata x ijako. Iyo rero nibaza yuko ari vyo, iremejwe kuko aha abize igifaransa ni benshi kandi nta ngorane.

Hanyuma amendement de fond nayo, amendements 2, article 10 premier alinéa formuler le groupe de mots par réglementation de la banque centrale comme suit : par la banque centrale par voie réglementaire. L’alinéa devient, les éléments constitutifs du dossier d’agreement pour les bureaux d’information sur le crédit et les dirigeants et administrateurs sont précisés par  la banque centrale par voie réglementaire.

Niyo formulation nziza ? Aba économiste. Iremejwe.

Tugende kuri amendement ya kabiri ya fond. Ni article 46-47-50-51 bavuga yuko qu’il faut insérer dans ces dispositions le mot administratif après amandes. Donc ça devient amandes administratives. Justification ni, la banque centrale ne peut que prendre des sanctions pécuniaires et des mesures administratives. Ni sawa ? Ok, iremejwe.

Twagomba dusabe président wa commission ace abandanya.

Umukenguzamateka Martin NITERETSE

Merci Excellence. En guise de conclusion, l’introduction d’un système d’information sur le crédit dans l’ordre juridique burundais présente de nombreux avantages dans l’économie nationale. En effet, ce système favorise d’une part un meilleur accès au crédit à moindre cout et un faible degré d’exigence de garantie d’autre part. L’expansion de l’activité économique à travers l’amélioration de l’accès au financement des agents économiques à moindre cout. Il contribue également au renforcement de l’efficacité de la supervision de l’activité de crédit et de la réputation de notre pays sur le plan international notamment en contribuant à renforcer la solidité du système financier. Il permet aussi la réduction du risque systémique et le phénomène d’asymétrie de l’information et partant l’attraction des investisseurs étrangers. Ainsi, pour tous ces motifs, la commission permanente chargée des questions institutionnelles, juridiques et des droits et libertés fondamentaux saisie au fond qui fait d’abord sien les amendements de l’Assemblée Nationale demande à l’assemblée plénière du Sénat d’adopter à l’unanimité le présent projet de loi tel qu’il est présenté. Je vous remercie.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Nkuko président wa commission yabisavye, muhejeje kwumva inyishu zatanzwe n’ama amendements yagizwe, nagomba mbaze mwebwe aba sénateurs ko mwemeye yuko iyi nteguro y’itegeko iba itegeko. Abavyemeye mumanike amaboko. Integuro y’itegeko irabaye itegeko.

Nyakwubahwa mushikiranganji, murabonye yuko, inyuma y’ibibazo, abakenguzamateka bahavuye babona yuko iyi nteguro yoba itegeko bakaba baryemeje ijana kw’ijana. Murumva, dushimire abakenguzamateka, mugabo duce tubasaba ko twoca tubandanya n’integuro ya kabiri, ngira murayifise mwese. Ni projet de loi régissant la gestion de la dette publique, umushikiranganji ni wawundi abandanya, hanyuma turaza gusaba commission finances yize kuri iri tegeko nayo ice itubwira imaze, guca hirya no hino, ikabaza ibibazo uko yasanze bimeze, ize kugira ico idushikirije kubijanye n’ico twokora kuri iri tegeko. Nyakwubahwa mushikiranganji, ijambo ni rwanyu.

Umushikiranganji w’ikigega ca Reta

Murakoze nyakwubahwa mukuru w’Inama Nkenguzamateka kunyongera ijambo. Integuro ya kabiri ni ibwirizwa twipfuza ko ryokwemezwa rijanye n’ukuntu igihugu cacu kigiye gutunganya uburyo bwo gufata amadeni y’igihugu, dette publique.

Muribuka kw’igenekerezo rya 29 ukwezi kwa mbere umwaka 2009 aho mu Burundi twavyinye, twishima, twigina, tuvuga duti amadeni y’igihugu cacu cari gifitiye amashirahamwe mpuzamakungu bayafuse, twarishimye kubera ko amadeni yari amaze kutugera kure, tutagifise n’uburyo, dusigara tuganyira  ukuntu tuzohava tunayishura. Ivyo navyo twageze ngaho kubera ko twafata amadeni tutaravye neza nimba nya madeni dushobora kuzoyariha. Nimba bizonatworohera kuyariha. Uko ama banques akora mu gihugu cacu, ni nako n’abaduha amadeni ari ama banques canke ayandi mashirahamwe yo hanze akora. Iyo utabashije kwishura ideni canke iyo utabashije kwishura inyungu wategerezwa kwishura mu kiringo iki canke kiriya, za nyungu zica zivyara izindi nyungu bagaca bakonsorida (consolider) zigahinduka nazo dette principale, ugasanga inyungu ivyaye inyungu kabiri, gatatu, kane, igihe cose udashoboye kwishura ideni inyungu ikavyara iyindi nyungu. Ico gihe, dufashijwe n’aba nyene turiko turavuga, ba banque Mondiale na FMI baravuze bati reka turabe ibihugu bikenye cane kwisi. Ni ya initiative bise initiative pays pauvres très endettés kugira ngo ifashe, iyo initiative ifashe ibihugu nkivyo kuriha amadeni canke kuyafuta. Ni nk’ikizamini twaciyemwo kandi twaragitsinze kubera ko kuri iryo genekerezo babonye ko twakwije ivya ngombwa vyose kugira ngo amadeni yose ahanagurwe. Urabona rero, iyo a madeni amaze guhanagurwa muri ubu buryo uca utangura kwibaza uti ntagize gestion neza sinsubira kurwa muri wa mutego ugasanga amadeni asubiye kumbana menshi ! Ico gihe, vyaciye bitwigisha ubwenge bituma natwe twiga uburyo bw’ukuntu twogira gestion y’ifatwa ry’amadeni kugira ngo atazohava atubera umurengera. Dusanga rero uburyo bwiza ni uko ryoba ibwirizwa  Reta nayo itashoboye kurenga. Nivyo vyiza. Iri bwirizwa rero tuzanye ngaha, ryarizwe muri Reta dusanga ryemejwe n’Inama Nshingamateka, arivyo vyoba uburyo bwiza bwo gufasha Reta ntisubire gutora amadeni menshi canke nubwo yoyatora ikayatora izi neza ko ishobora kuzoyariha, ikayatora izi neza iyatoye ishoboye kuzoyakoresha mu buryo bufasha igihugu. Ni muri iyo ntumbero rero banyakwubahwa Reta yandungitse uyu musi kugira ngo nshikirize iyi nteguro mudufashe mwongere muyemeze namwe ku buryo izotubera inkinzo yo gufasha igihugu kugira ngo tuje muri gestion nziza ya dette publique, amadeni ntazotubere umurengera. Iyo niyo mvo ni mvano. Nkaba nsavye yuko mwodufasha nkuko musanzwe mudufasha kugira ngo iri bwirizwa naryo muryemeze. Murakoze.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze nyakwubahwa mushikiranganji. Nagomba nsabe umukuru w’umurwi wize kuri iri tegeko, commission finances kugira nabo batubwire ingene baryize n’ico bashitseko.

Umukenguzamateka  Immaculée NDABANEZE

Urakoze cane nyakwubahwa urongoye Inama Nkenguzamateka. On s’excuse d’abord kuko iri bwirizwa ryadufashe umwanya munini. Ce n’était pas prévu. Mutubabarire kuri uyu musi twabatwaye umwanya. Alors comme mon prédécesseur, nagomba ndayisome mu rurimi rw’igifaransa.

RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI REGISSANT LA GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE AU BURUNDI

I. INTRODUCTION

En date du 24 mars 2016, les Sénateurs membres de la commission permanente chargée des questions économiques, de l’environnement, des finances et du budget se sont réunis pour analyser le projet de loi dont l’objet est repris ci-haut.

La séance a été marquée par la présence du  Ministre des finances, du budget et de la privatisation qui avait représenté  le Gouvernement pour présenter le projet de loi aux membres de ladite commission, donner des éclaircissements sur certaines zones d’ombre du contenu du texte et répondre aux questions des sénateurs  sur les motifs profonds de ce projet de loi.

Lors de l’analyse de ce projet de loi, les Sénateurs membres de la commission permanente saisie au fond se sont servis des documents ci-après :

  • La Constitution de la République du Burundi ;
  • Le projet de loi régissant la gestion de la dette publique tel qu’envoyé par  le Gouvernement et son exposé des motifs ;       
  • Le projet de loi régissant la gestion de la dette publique tel qu’adopté par l’Assemblée Nationale.

Le présent rapport comprend les points suivants :

  1. L’introduction ;
  2. L’intérêt du Projet de loi;
  3. Le contenu du projet de loi;
  4. Les questions adressées au représentant du Gouvernement ainsi que les réponses données ;
  5. Les amendements proposés ;
  6. La recommandation ;
  7. La conclusion.

 

 

II. INTERET DU PROJET DE LOI

Le présent projet de loi vient matérialiser l’engagement du Gouvernement du  Burundi à moderniser la gestion des finances publiques pour mieux assurer la transformation de l’économie telle qu’inscrite dans l’axe 2 du CSLP II.

Son adoption va donner un cadre légal, réglementaire et institutionnel pour une gestion moderne de la dette publique en tenant compte des paramètres liés au coût et au risque sans compromettre la viabilité des finances publiques et en soutenant la réalisation des objectifs de développement durable, de réduction de la pauvreté ainsi que ceux de développement des marchés financiers.

En plus,  il permettra au Gouvernement de renforcer les efforts déjà déployés dans le sens de l’amélioration de la gestion des dépenses publiques et de combler les insuffisances du système de  gestion de la dette publique.

III. CONTENU DU PROJET DE LOI

En plus de son exposé des motifs, le présent projet de loi est structuré en six chapitres.

En effet,

  • Le chapitre 1er intitulé : « Des dispositions générales » est constitué par trois articles répartis ( de 1 à 3) en trois sections circonscrit l’objet et le champ d’application  du projet de loi et donne les définitions des différents concepts utilisés.
  • Le chapitre 2 est constitué de trois articles (de 4 à 7) et fait la description des objectifs de la gestion de la dette publique.
  • Le chapitre 3 est structuré en six articles (de 8 à 13) et décrit la stratégie de l’endettement.
  • Le chapitre 4 comporte 19 articles (de 14 à 32) répartis en cinq sections dans lesquels le projet de loi met en évidence les modalités d’endettement public.
  • Le chapitre 5 se constitue de 10 articles (de 33 à 41) et parle de la transparence, du contrôle et des sanctions.
  • Le chapitre 6 est composé de 2 articles (de 42 à 43) et concerne les dispositions finales.
  •  

IV. QUESTIONs POSEES  AU REpresentant du gouvernement  ET LES REPONSES DONNEES.

Question 1 :

« L’exposé des motifs du présent projet de la loi régissant la gestion de la dette publique indique que le Gouvernement s’est engagé à moderniser la gestion des finances publiques pour mieux assurer la transformation de l’économie telle qu’inscrite dans l’axe 2 du CSLPII.

De plus, le cadre légal, réglementaire et institutionnel a connu des réformes importantes pour assurer une gestion moderne de la dette publique au plus faible coût et au moindre risque ».

Ces lois sont notamment :

  • La loi organique relative aux finances publiques (LOFP) du 04 décembre 2008 (article 11,12 et 13) ;
  • Le Règlement Général de la gestion des budgets publics (RGGBP) du 18 octobre 2011 ;
  • Le décret sur la gouvernance budgétaire du 24 juillet 2012 ;
  • L’ordonnance ministérielle du 07 août 2012 sur le contrôle des dépenses engagées ;
  • etc.

Tout ce cadre légal et réglementaire vise à assurer une gestion moderne de la dette publique sans compromettre la viabilité des finances publiques.

 

  1. Monsieur le Ministre, quelles sont les imperfections rencontrées dans l’application de ces lois et règlements et qui motivent la création d’une autre loi ?

 

  •  

 

  •  

De plus les différentes évaluations faites par la Banquemondiale à travers l’outil d’évaluation de la performance en matière de gestion de la dette (DeMPA) insistent sur le renforcement du cadre légal en matière de gestion de la dette par la mise en place d’une loi régissant la gestion de la dette.

  1. Pourquoi l’exposé des motifs ne nous dit pas clairement que sans cette nouvelle loi le pays court le risque d’un nouveau surendettement ?
  2.  

A ce niveau, il faut préciser que le niveau d’endettement et celui de surendettement sont mesurés à travers les ratios de solvabilité et de liquidité. La mise en place de cette loi converge vers une gestion moderne de la dette publique qui intègre les études et analyses de la dette dans sa fonction de Middle office. A travers ces analyses (Stratégie d’endettement, viabilité de la dette), les gestionnaires de la dette vont éclairer l’autorité sur les décisions à prendre en matière d’endettement.

 

Question 2 :

 

En principe, la bonne gestion de la dette publique va de pair avec la gestion macroéconomique.

 

Or, le problème de l’endettement actuel trouve ses racines dans le déséquilibre budgétaire dont l’essentiel des dépenses courantes sont devenues incompressibles face à une assiette fiscale très réduite et une dépendance du budget des appuis extérieurs.

 

Nous faisons aussi remarquer qu’il est nécessaire de s’endetter pour financer des investissements qui généreront des produits qui faciliteront, le moment venu, le remboursement du principal et des intérêts à l’échéance.

 

Monsieur le Ministre, ne trouvez-vous pas que la discipline budgétaire au niveau de la dette publique devrait être présentée de façon réaliste en se basant sur l’évolution du profil de l’endettement intérieur étant donné que nous disposons encore de la souveraineté de la politique monétaire ? Réponse :

Le déficit budgétaire est financé soit par un endettement intérieur et / ou extérieur, et suite à la situation ponctuelle, le gap de trésorerie est généralement comblé par l’endettement intérieur à travers les émissions des titres publics. 

Question 3 :

 

  • Monsieur le Ministre, la réalité qui devrait être prouvée c’est qu’il ya moins de discipline pour la gestion de la dette intérieure alors que tous les mécanismes juridiques existent et sont clairs. Au 31 décembre 2015, le solde du CGT est – (273 246 030 658) BIF dont ± 70% représente la dette intérieure.

 

Pourquoi l’exposé des motifs de ce projet de loi ne part pas de l’existant (les lois promulguées appliquées aujourd’hui) pour montrer que les mécanismes juridiques actuels ne facilitent pas la gestion actuelle de la dette dont le profil de l’évolution augmente de façon exponentielle ?

Réponse :

Le solde du compte général du trésor à fin décembre 2015 s’explique  d’ une part par le gel des appuis budgétaires et le ralentissement de l’activité économique qui se répercute sur les recettes fiscales d’autre part.

La présente loi et son exposé des motifs ont été transmis au parlement juste au milieu de l’année 2014 ; ce qui explique que le contenu de l’exposé des motifs ne tient pas compte de la situation du compte général du trésor à fin décembre 2015.

 

  • A notre avis, l’endettement extérieur ayant été presque zéro (nul) en 2015 toute la discipline budgétaire au niveau de la dette publique devrait être posée à partir du profil de l’endettement intérieur.

Il faut aussi reconnaître que le Gouvernement s’endette actuellement par le biais des mécanismes des Bons et Certificats du Trésor à des taux d’intérêt assez élevés. C’est cela, à notre avis, qui justifie l’allure exponentielle du profil de l’endettement intérieur.

  1. Monsieur le Ministre, comment ce nouvel outil juridique va-t-il limiter ou mettre fin à cet état des faits ?

Réponse :

Remarquons que cet état des faits est lié à une situation ponctuelle  qui pourra être améliorée dans les jours à venir.  Ce nouvel outil juridique va bien sûr apporter une amélioration à travers l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie d’endettement.

  1. Quels sont les mécanismes que vous avez  trouvés pour ouvrir les comptes de l’exercice 2016 avec un solde du Compte Général Trésor (CGT) zéro ?

Réponse : 

Il a été envisagé de  négocier une convention de consolidation de cette dette avec la Banque centrale ; ce qui suppose un solde nul au début de l’exercice 2016.

  1. Par ailleurs, en considérant la provenance des souscripteurs des bons et certificats du trésor, le secteur bancaire occupe une position très importante suite à une  bonne connaissance du marché des titres. Ne trouvez-vous pas que cette situation risque de paralyser le secteur économique, les banques commerciales préférant financer l’Etat qui donne des intérêts exonérés de tout impôt et taxe ?

 

  •  

 

Non. Cette situation ne va pas paralyser le secteur économique par le fait que les dépenses publiques sont moteur du développement économique au Burundi.

Question 4 :

A l’article 3 point 2 de ce projet de loi, la dette publique est définie comme étant une dette contractée par l’administration centrale ou par d’autres organismes publics y compris les collectivités territoriales.

Monsieur le Ministre, par rapport  à la loi relative à la décentralisation qui donne une autonomie financière aux collectivités territoriales décentralisées, peut-on croire que leurs emprunts seront enregistrés dans les dettes publiques ?

Réponse :

Les collectivités territoriales décentralisées sont autorisées dans les limites établies par la stratégie d’endettement à contracter une dette publique après avis du Comité national de suivi de la dette publique. Ces collectivités seront représentées par leurs organes de gestion. Les emprunts des collectivités territoriales seront enregistrés dans les dettes publiques.

Question 5 :

Les dispositions de l’article 17 du présent projet de loi stipulent que le Gouvernement représenté par le Ministre ayant les finances dans ses attributions, les administrations personnalisées de l’Etat, les sociétés publiques ainsi que les sociétés mixtes représentées par leurs organes compétents après avis du comité national de suivi de la dette publique sont autorisées, dans les limites établies par la stratégie d’endettement public à contracter un emprunt public.

Par ailleurs, l’article 23 du présent projet de loi stipule que seul le Ministre ayant les finances dans ses attributions peut accorder la garantie de l’Etat, dans les limites des plafonds fixés chaque année par la loi des finances, en tout ou en partie, uniquement aux emprunts contractés par les personnes morales du secteur public et du secteur privé pour autant que leurs emprunts ont un but « d’intérêt public ».

  1. Monsieur le Ministre, ne trouvez – vous pas qu’ un emprunt d’une société mixte et/ou d’une société privée, en cas de défaillance de remboursement, devient immédiatement exigible pour l’Etat tiers garant et qui doit payer ;  ce qui alourdit la dette publique ?

 

Réponse :

En cas de défaillance de paiement, le montant non payé constitue un passif de l’Etat. Ce qui veut dire qu’ avant d’accorder la garantie, des études minutieuses devront être faites au préalable pour s’assurer de la capacité de remboursement de l’entité et de rentabilité des projets à financer.

  1. Partant d’un cas concret, l’Etat avait l’habitude de garantir le financement de la campagne  de commercialisation du café. Actuellement, le secteur du café connaît de graves difficultés.

Monsieur le Ministre, avec la promulgation de cette loi, peut-on s’attendre à ce que l’Etat puisse donner encore une fois cette  garantie à l’ARFIC par exemple pour faciliter la commercialisation du café qui cause problème aujourd’hui ?

Réponse :

Selon lesbesoins exprimés parARFIC et dans les limites dela capacité du gouvernement, l’Etat pourra accompagner ce dernier dans la commercialisation de ses produits.

Cette année, la Banque centrale va s’impliquer beaucoup plus pour financer le secteur café, ne fut ce que pour s’assurer du retour des devises.

  1. Qu’est-ce qui motive le retour de la garantie de l’Etat ? Peut-on connaître le nombre des bénéficiaires de la garantie de l’Etat ? Quelles sont les contre-garanties qui ont été offertes ?
  2.  

 

Il est important de signaler que lasuppression de la garantie de l’Etat avait été recommandée par les institutions de Breton Woodsparce les mécanismes de gestion et d’octroi des garanties n’étaient pas bien rodés pour éviter une escalade de la dette publique.

 

Actuellement, nous mettons en jeu des balises nécessaires pour éviter l’escalade de l’endettement public.

 

Pour le moment, notre portefeuille ne connaît pas de dettes garanties.

 

  1. Auriez-vous des domaines  spécifiques qui exigeraient  la garantie de l’Etat pour la promotion ?

Réponse :

En principe, ce sont les domaines quiauront tendance à attirer la croissance économique.

En effet, les domaines de prédilection pour lesquels le Gouvernement doit s’impliquer sont les suivants :

  • l’énergie (a toujours reçu moins de 3% de l’aide destinée au développement)
  • l’agriculture (plus de 90% de la population sont des agriculteurs et méritent d’être soutenus dans la mesure où il faut changer les méthodes culturales pour des débouchées industrielles)
  • le transport (développement du transport aérien, maritime et terrestre pourrait aider à limiter les effets de l’enclavement de notre pays)
  • les technologies de l’information et de la communication (TIC) (partout ou les TIC sont développées, elles  propulsent le développement économique)

 

  •  

 

Le Burundi s’est engagé dans une feuille de route avec les autres pays membres de l’EAC à construire une Union Monétaire d’ici l’an 2024.

Avec l’Union Monétaire, notre pays va perdre la souveraineté sur deux instruments importants de la politique économique dont notamment la politique monétaire et la politique des changes.

 

L’exposé des motifs de ce projet de loi a complètement ignoré la dimension régionale qui, pourtant, auraun impact sur l’endettement via les mécanismes de financement des budgets publics à cause des critères de convergences auxquels tous les pays seront soumis.

 

Monsieur le Ministre, pourquoi ce projet de loi et son exposé des motifs ne tiennent pas compte de cette feuille de route à laquelle le Burundi a adhéré ?

Réponse :

La présente loi ne s’écarte pas de la feuille de route  de l’EAC dans la mesure où les critères de convergence en matière d’endettement  doivent être respectés.

En plus, par des critères de convergence qui figurent sur la feuille de route, la promulgation de cette loi nous met plutôt en position confortable puisqu’elle va nous permettre de maîtriser les ratios :

[Dette publique / les exportations] et [Dette publique / PIB]  à travers une stratégie de gestion de la dette publique appropriée.

Question 7 :

 

S’agissant toujours de cette Union Monétaire, il existe des défis importants qui laissent présager l’inutilité de ce projet de loi au regard des engagements déjà pris dans la mise en œuvre de la feuille de route pour la création de l’Union Monétaire via les critères de convergence qui ont été fixés en matière de gestion budgétaire.

Ces défis sont :

 

  • L’obligation pour le Burundi d’apurer tout endettement du Gouvernement et des entités publiques envers la Banque Centrale avant d’opter pour la monnaie unique. Cela constitue un défi.
  • Le projet de loi et son exposé des motifs devraient mettre en exergue la portée des conventions signées entre le Ministre des Finances et la BRB pour le règlement de certaines des dettes.

 

Nous citons par exemple :

 

  • La convention signée le 04 juillet 2014 concernant de 147 904 142 766 BIF avec une dernière échéance au  28 février 2050 ;
  • La convention signée le 21 janvier 2014 concernant un montant de 155 251 860 498 BIF et dont la dernière échéance est le 31 décembre 2053 ;

 

  1. Monsieur le Ministre, peut-on s’attendre à une révision des différentes conventions pour satisfaire les préalables liés à la maîtrise de l’endettement avant l’union monétaire ?

 

Réponse :

 

Ces conventions ne vont pas être révisées, l’Etat continuera à amortir la dette envers la BRB selon les clauses de ces conventions. Pour le moment nous nous efforçons à limiter le financement du gap de trésorerie à travers le recours aux avances de la Banque centrale.

 

  1. Pourquoi le présent projet de loi reste-t-il muet sur les différents cas et d’autres non cités pour des raisons de transparence ?

 

  •  

 

Il n’était pas pertinent d’intégrer les conventions dans la loi, les questions spécifiques d’endettementseront intégrées dans la stratégie d’endettement.

V. LES AMENDEMENTS

V. 1. AMENDEMENTS DE FORME

 

MATIERE

AMANDEMENTS

MOTIVATION

1

Art.3, 1er  al.

-Ecrire « au sens » au lieu de «  aux sens » et mettre une virgule entre  « loi » et « on ».

Correction de forme

2

Art.3, pt 5

Ecrire « auprès » au lieu de « avec »

Meilleure formulation

3

Art.3, pt 7

 

Enlever les articles et la phrase devient « remboursement du principal, paiement des intérêts, commissions, pénalités de retard et autres intérêts établis dans les contrats d’emprunts souscrits avec les créanciers »

 

Meilleure formulation

4

Art.3 point 12

Remplacer le mot « créances » par « créance »

 

Erreur de frappe

5

Article 17,1er alinéa

Ecrire « sont autorisés » au lieu de « sont autorisées »

Erreur de frappe

 

Art.22, al.2

Remplacer le groupe de mots « Le Ministre ayant les finances dans ses attributions » par « Il »

Eviter la répétition

6

Art.28, 2ème ligne

Remplacer « au » par « le » et la phrase devient : « ….informent, de façon mensuelle, le Ministre… »

Meilleure formulation

7

A la fin du projet de loi

Ecrire «  Aimée Laurentine KANYANA » au lieu de « KANYANA Aimé Laurentine »

Erreur de frappe

Le prénom précède le nom

 

V.2. AMENDEMENTS DE FOND

MATIERE AMENDEE

AMENDEMENTS

MOTIVATION

1

Art.3, point 4

Remplacer le groupe de mots « d’entre un an à cinq ans » par le groupe de mot « de plus d’un an à cinq ans »

Précision

2

Art. 6

Supprimer la 2e phrase et déplacer la 1ère phrase à l’art.5 pour être son 2ème alinéa.

Il ya la Direction de la dette et un service désigné à cette fin. Il y a risque de chevauchement avec les autres structures existantes.

3

Art.7

 Ajouter le  groupe de mots « du trésor » après le mot « titres », et la phrase devient « Les échanges des titres du trésor ».

Pour plus de précision

4

Art.9

Supprimer le 1er alinéa

Déjà pris en compte dans l’art.8

5

Art.15

Ajouter le groupe de mots «, le cas échéant, » après le mot « déterminent » et supprimer la dernière phrase.

Les deux phrases sont contradictoires et en insérant « le cas échéant », on explique la 2ème phrase.

 

 

6

 

Art.20, 3ème ligne

 

Remplacer le verbe « détermine » par « apprécie».

 

C’est la logique

7

Art.22

Supprimer « le groupe de mots « les manuels » et la phrase devient «  Le Ministre ayant les finances dans ses attributions élabore et met à jour les règlements, les normes et les procédures pour toutes les émissions de titres du trésor »

Eviter les confusions

8

Art.27

Supprimer l’article

Eviter l’alourdissement inutile du texte de loi. Il sera mis dans les textes d’application.

9

Art.30

Déplacer l’article 30 et le mettre dans la section 2 du chapitre V pour devenir le 1er article de cette section

Pour plus de cohérence

10

Chapitre V

Subdiviser le chapitre en deux sections : la section 1 intitulée «  De la transparence et du contrôle » vient directement après le chapitre V et la section 2 intitulée « Des sanctions »  qui vient après l’article 39.

Meilleure articulation du texte

11

Art.35

Supprimer l’article

Son contenu est pris en compte dans l’article 28

 

VI. RECOMMANDATION 

 

Pour que cette loi soit mise en œuvre, il faut que la stratégie d’endettement à moyen terme soit élaborée mise en place dans les plus brefs délais.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Muraza kubisoma mu nyuma.

Umukenguzamateka  Immaculée NDABANEZE

Ok, merci beaucoup.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Murakoze. Banyakwubahwa bakenguzamateka, murahejeje kwumva umurwi wize kuri iyi nteguro y’itegeko ivyo washitseko, ibibazo babajije umushikiranganji, namwe umwe  canke babiri murashobora kuba mufise ikibazo iki canke kiriya. Twagomba tubahe akanya. Mugabo, turavye muri rusangi murabona yuko bari bagerageje. Nico gitumaza kumbure ibibazo biza kuba bike. Twagomba rero tubahe ijambo kugira ngo namwe mugire ico mushikirije. Kandi bimwe bimwe birasaba yuko umuntu aba yaranononsoye ivy’ubutunzi kugira ngo….. Twagomba tubandanye rero duhe ijambo ba nyakwubahwa abakenguzamateka mugabo kandi commission ijejwe ubutunzi ni commission yabinonosoye ku buryo idukorera akazi neza ikabaza ivyo dukeneye vyose. Mwabonye yuko harimwo n’ama sous questions menshi ku buryo muhava mubura nivyo mubaza. Aha rero, uwutize économie ! Sinzi nka présidente ko ahava adufasha. Nawe avuyeyo ubu nyene, kuva mu gitondo nivyo yarimwo. Reka tubandanye, ngira biraza kuza turiko turagira ama amendements, turabe tubaze ko twoba tugikwiye. Kuko murazi yuko, présidente wa commission !

Umukenguzamateka  Immaculée NDABANEZE

Avant de passer aux amendements, il y a quelque chose qui revient à tout moment. Ça concerne la stratégie d’endettement, cette stratégie là, la stratégie d’endettement à moyen terme, c’est quelque chose de très important et qui n’est pas disponible aujourd’hui. Vous voyez que le ministre revient tout le temps sur cette stratégie. Et sans cette stratégie, cette loi ne pourra pas être appliquée. C’était un commentaire particulier que je voulais faire sur ce point très important.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Nibaza ko muri recommandation hari ico mwabivuzeko. Ok. Turabe rero tubaze muri service.

Umukozi wo mu gisata kijejwe gutegura ivy’amanama

Hari abakenguzamateka mirongo itatu.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Abakenguzamateka mirongo itatu. Ama procurations ni munani. Honorable Caritas yasigiye jewe. Jean Marie Muhirwa  yasigiye Jennifer, Agripine na Ildephonse, Vénérande na Salvator, Venant Ruhuna na Apollinaire, Anicet Niyongabo na Jean Pierre, Benoite na Bede Jacqueline hamwe na  Cubwa. Bose niho bari. Ni mirongo itatu n’umunani bose. Tugira tugende ku mpinyanyuro. Dutangure ku ma amendements de forme, tuje kuri amendement ya mbere kuri article 3 alinéa 1 basaba yuko tugira « écrire au singulier au lieu ko tugira au pluriel et mettre une virgule entre loi et… ». Donc nibaza yuko ni ibintu bitobito nibaza yuko iyi amandement yemewe.

Ecrire auprès au lieu de avec. Ico ni igifaransa cemewe. Article ya gatatu point y’indwi, enlever les articles et la phrase devient : remplacement du principal, payement des intérêts, commissions, pénalités de retard et autres intérêts établis dans les contrats d’emprunts souscrits avec les créanciers. Nibaza ko ata ngorane tuyemeze.

Amendement ya gatatu, article ya kane point 12.  Remplacer le mot « créances » par « créance ». Bakurako « s »gusa. Nibaza ko arivyo. Amendement ya gatanu article ya 17. Alinéa 1. ecrire sont autorisés au lieu de sont autorisées. Candikwa muri masculin cari muri féminnin. Ni vyo babibonye. Iremejwe. Hanyuma article ya 22 alinéa ya kabiri ni guhindura le groupe de mots ivuga ngo le ministre ayant les finances dans ses attributions par il. Ngira ngo nta ngorane. Iremejwe. Article 28 deuxième ligne, remplacer au par le et la phrase devient informe de façon mensuelle le ministre normal iremejwe. Hanyuma écrire Aimée Laurentine Kanyana au lieu de Kanyana Aimée Laurentine. Bitaniye hehe ? Siko vyandikwa ?

Umukenguzamateka NDABANEZE Immaculée

Ni Aimé au masculin chef. Bamwanditse muri masculin.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Ah sawa. Biremejwe nivyo. Tuje kuri amendement 6 article 20 troisième ligne. Remplacer le verbe déterminer par apprécier. C’est la logique. Kiremejwe. Ari la logique ntawoharira. Article 22, supprimer le groupe de mots « les manuels » et la phrase devient «  le ministre ayant les finances dans ses attributions élabore et met à jour les règlements et les normes de procédures pour toutes les émissions de titres et bons de trésors. ». C’est pour éviter la confusion. Ok.

Umukenguzamateka NDABANEZE Immaculée

Hari ivyo mwasimvye.

 

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Eh nagiye kuri amendement de fond ? Murambabarira rero. Amendement de fond. Nari nagize ngo ni continuité ya amendement de forme murambabarira. Amendement de fond. Amendement ya mbere ni article ya gatatu point 4. Remplacer le groupe de mots « d’entre un an et cinq an » par  le groupe de mots « de plus d’un an à cinq ans ». Ni sawa. Iremejwe. Hanyuma article ya 6, supprimer la deuxième phrase et déplacer la première phrase à l’article 5 pour être son deuxième alinéa. Il  y a la motivation tuyumve. Il y a la direction de la dette et un service désigné à cette fin. Il y a risque  de chevauchement avec les autres structures existantes. Nibaza ko ata ngorane. Ok. Hanyuma troisième amendement article ya 7. Ajouter le groupe de  mots du trésor après le mot titre et la phrase devient « les échanges de titres de trésors ».  Ntitwari twabivuze ? Pour plus de précision. Nibaza ko ata ngorane. Iremejwe. Article 9, supprimer le premier alinéa déjà pris en compte à l’article 8. Ok.

Hanyuma article ya 15. Ni cinquième amendement. Ajouter le groupe de mots «  le cas échéant ». Après le mot « détermine » et supprimer la dernière phrase. Motivation ni les deux phrases sont contradictoires et en insérant le cas échéant, on explique la deuxième phrase. Ok je pense que c’est compréhensible.  Tuyisubiremwo naho twari twayigize. Sixième amendement, article 20 troisième ligne, remplacer le verbe « détermine » par « apprécie ».  C’est la logique. Iyi twari twamaze kuyemeza ntituyisubiramwo.

Article 22, supprimer le groupe de mots « les manuels » et la phrase devient « le ministre ayant les finances dans ses attributions élabore et met à jour les règlements et les normes de procédures pour toutes les émissions de titres de trésors ».  Iyo twayemeje na kare.  Reka tuyiconfirime (confirmer).

Huitième amendement. Article 27. Supprimer l’article. Justification : c’est pour éviter l’alourdissement inutile du texte de loi. Il sera mis dans les textes d’application. Aho ni normal.

Neuvième amendement : article 30. Déplacer l’article 30 et le mettre dans la section 2 du chapitre quatre pour devenir le premier article de cette section. Motivation : c’est pour plus de cohérence. Dixième amendement : chapitre cinq, si vous divisez le chapitre en deux sections, la section première intitulée de la transparence et du contrôle vient directement après le chapitre cinq et la section deux intitulée des sanctions qui vient après l’article 39. Meilleure articulation du texte. Nibaza yuko ari sawa.

Amendement ya nyuma ni supprimer l’article 35 et sont contenu est mis en compte dans l’article 28. Nibaza yuko twabikurikiranye. Twagomba dusabe nyakwubahwa umukuru w’umurwi kugira ngo abandanye.

Umukenguzamateka NDABANEZE Immaculée

Urakoze Nyakwubahwa Prezida. D’abord la recommandation. Pour que cette loi soit mise en œuvre, il faut que la stratégie d’endettement à moyen terme soit élaborée et mise en place dans les plus brefs délais. Elaborée et mise en place. On a oublié le « et ». Alors, la conclusion : Le projet de loi sous analyse une fois adopté permettra au Gouvernement de renforcer les efforts déjà consentis dans le cadre de l’amélioration de la gestion des dépenses publiques et combler les insuffisances et les lacunes liées à la gestion de la dette publique.

Son adoption va donner au gouvernement un cadre réglementaire et institutionnel pour une gestion moderne de la dette publique en tenant compte des paramètres liés au coût et au risque sans  compromettre la viabilité des finances publiques et en soutenant la réalisation des objectifs de développement durable de réduction de la pauvreté ainsi que ceux de développement des marchés financiers.

Pour toutes ces raisons, la commission permanente chargée des questions économiques, de l’environnement, des finances et du budget trouve  que ce projet de loi est d’une importance capitale pour le pays. En conséquence, elle fait siens les amendements de l’Assemblée nationale et demande à l’Assemblée plénière du Sénat d’adopter à l’unanimité le présent projet de loi tel qu’amendé. Je vous remercie.

Umukuru w’Inama Nkenguzamateka

Banyakwubahwa bakenguzamateka, nkuko tubisabwe n’umukuru w’umurwi wize iri tegeko kandi natwe tukaba twaterereye tukabona yuko bikenewe, twagomba tubaze mwebwe Banyakwubahwa bakenguzamateka ko mwemereye Reta y’Uburundi kugira ngo iyi nteguro y’itegeko ibe itegeko. Abavyemeye bamanike amaboko.

Integuro y’itegeko iremejwe n’abakenguzamateka bose. Nyakwubahwa Mushikiranganji, igikorwa Reta y’Uburundi yabarungikanye turahejeje kucemeza integuro z’amategeko zose uko ari zibiri ziremejwe n’abakenguzamateka bose ijana kw’ijana. Tukaba dusaba Nyenicubahiro Umukuru w’Igihugu ko Inama Nshingamateka ni yamara kubona yuko impinyanyuro twagize zari zikenewe ko boyagira amategeko hanyuma mukoroherwa mu kazi kanyu. Murakoze rero dusabe muri protocole babaherekeze.

Banyakwubahwa bakenguzamateka tubashimire mwihanganye. Twategerezwa gukora imbere ya sasita mugabo murabona ko babitebeje mugabo babikoze neza. Tubashimire rero dushimire ama commissions abiri yakoze ijoro n’umutaga kugira ngo tuje kuri Pasika aya mategeko abiri tuyemeje kandi birakunda hanyuma tubonereho kubipfuriza Pasika nziza. Ejo ni umunsi mukuru wa gatanu mutagatifu muzogende gusenga kugira ngo mwifatanye n’umukiza wacu mu mubabaro azotangura ejo mugabo wewe murabona ko aca abiheza ku minsi itatu agaca agaruka ameze neza. Twibaza rero yuko muzoba muri kumwe. Tubipfurize Pasika nziza ejo ni travaux en commissions mugabo ndazi ko benshi baca baduga ntaco. Tubashimire rero kubona mwihanganye ntabindi  bikorwa vyinshi bitegekanijwe uyu munsi. Ibikorwa vy’uno munsi birangiriye ngaha murakoze.

Les travaux de la journée se sont clôturés dans une ambiance très détendue et la séance a été levée.

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*