Déclaration de la délégation parlementaire de la République du Burundi lors de la 42ème session de l’Assemblée parlementaire ACP et de la 31ème session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE,

Namibie, Windhoek, 13-15 Juin 2016

 

  1. Pour mettre fin aux turbulences politico-sécuritaires, le Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté Est-Africaine (EAC) ont nommé Son Excellence Benjamin William  MKAPA, ancien Président de la République Unie de Tanzanie  comme facilitateur du dialogue inter burundais, en appui au Président Yoweri Kaguta MUSEVENI, Président de la République de l’Ouganda et médiateur audit dialogue.
  2. Le Président Benjamin William MKAPA a déjà rencontré les Chefs d’Etats de l’EAC ainsi que bon nombre de protagonistes burundais. Il continue à mener des consultations avec tous les protagonistes.
  3. A l’issue de ces consultations, il entend convoquer une autre session où tous les protagonistes seront présents  pour le dialogue proprement dit.
  4. La nomination de Benjamin W. MKAPA vient comme une réponse à l’exigence des partenaires du Burundi qui ont demandé qu’il y ait  un dialogue inclusif. Certains de ces partenaires avaient pris des mesures extrêmes envers le Burundi parce que, pour eux, s’il n’y a pas de dialogue, il n’y a pas de coopération avec le Burundi.
  5. Maintenant que le dialogue est en marche, il est temps que ces partenaires reconsidèrent leur position. En effet, les sanctions privent la population burundaise de ses droits élémentaires, notamment dans les domaines comme l’éducation, la santé et la sécurité alimentaire, pour ne citer que ceux-là.
  6. La délégation parlementaire du  Burundi plaide pour la levée de ces sanctions.
  7. Par ailleurs, le Burundi a adopté la politique de la décentralisation. Dans ce cadre, une structure de l’Etat dotée d’une autonomie de gestion, le Fonds National d’Investissement Communal (FONIC), existe et peut recevoir l’aide financière de l’Union Européenne destinée au Burundi.Le FONIC s’occupe de la gestion des fonds destinés à tous les domaines du développement communal et communautaire.
  8. La délégation parlementaire du Burundi demande également que l’aide humanitaire directe accordée par l’Union Européenne soit destinée à toute la population burundaise dans son ensemble, c’est-à-dire les Burundais réfugiés et les Burundais résidant au Burundi, qui sont  de loin plus nombreux par rapport à leurs compatriotes vivant en exil. Cela pourrait accélérer le retour volontaire des réfugiés dans leur pays qui est en cours.
  9. S’agissant des Burundais établis à l’étranger, la délégation parlementaire du Burundi déplore le fait que certains de ces Burundais soient expulsés dans le mépris de leur dignité humaine  et demande que de telles actions cessent.
  10. La délégation parlementaire du Burundi encourage les Etats abritant des Burundais à se rencontrer chaque fois que des points de désaccord surgissent.
  11. Concernant le partenariat entre certains pays ACP et certains pays de l’Union Européenne, les relations qui lient ces partenaires datent de plus de 100 ans. A cet égard, tous les efforts doivent être fournis pour que ce partenariat soit amélioré dans le cadre bilatéral et multilatéral.
  12. La délégation parlementaire burundaise recommande aux partenaires au développement de se focaliser prioritairement sur les domaines de l’énergie, de l’éducation, de l’agriculture, du commerce, de l’environnement et des infrastructures.

Fait à Windhoek, le 09 juin 2016

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*