Le Président du Sénat rencontre les élus locaux et représentants des services déconcentrés dans toutes les communes de la province Muyinga

1

En dates du 19 au 24 mai 2016, le Président du Sénat, Honorable Révérien Ndikuriyo a tenu des réunions d’échanges sur le renforcement de la paix et la sécurité ainsi que le développement, à l’intention des élus locaux et représentants des services déconcentrés des communes Mwakiro, Buhinyuza, Gashoho, Gasorwe, Muyinga, Giteranyi et Butihinda de la province ci-haut citée.

Dans son mot d’accueil, le gouverneur de la province Muyinga, Madame Aline Manirabarusha a indiqué que la sécurité est généralement bonne. Néanmoins, elle regrette qu’il y ait passage des malfaiteurs, ces derniers temps, dans la réserve forestière de la Ruvubu. « Ils ont été vite combattus par les forces de l’ordre », a-t-elle signalé. Parmi les sources d’insécurité, elle a évoqué la consommation des boissons prohibées, qui les élèves abandonnent l’école en grand nombre, la sorcellerie, le concubinage, les problèmes fonciers, etc.

Elle a également indiqué que la population vaque aux activités de développement en construisant des écoles, des dispensaires, etc. Selon Madame Manirabarusha, l’un des grands handicaps au développement de cette province est le manque du courant électrique. Elle a signalé que la malaria est fréquente dans sa province.

Prenant la parole, le Président du Sénat a remercié la population de cette circonscription pour avoir préservé la paix et la sécurité surtout en 2015 au moment où il y avait insurrection contre le troisième mandat du Président de la République dans une petite portion du territoire national, surtout dans certains quartiers de la Mairie de Bujumbura.

Il a rappelé qu’au Burundi, quelques politiciens ont une mauvaise habitude de faire du désordre avant et après les élections. En effet, ils perturbent la paix et la sécurité afin d’en empêcher le déroulement et ne veulent pas les institutions qui en émanent. Ainsi, en guise d’exemple, Hon. Ndikuriyo a parlé des hommes armés qui ont mené des attaques en provinces de Cibitoke et Kayanza, la tentative du coup d’état du 13 mai 2015, etc.

Le Président du Sénat a profité de cette occasion pour conseiller ces politiciens de répondre aux élections, respecter le verdict des urnes et a invité la population à se plaindre devant la justice afin de résoudre pacifiquement les différends.

2

Il a interpellé la population  de lutter contre la fraude et continuer à renforcer la paix et la sécurité. Il les a invités à ne pas attendre l’aide de l’extérieur et s’atteler aux travaux de développement afin de lutter contre la famine et la pauvreté.

Hon. Ndikuriyo a aussi conseillé les parents de suivre de près l’éducation de leurs enfants en les sensibilisant de ne pas abandonner l’école, aimer le travail et d’étudier dans des écoles techniques qui les aideront à créer de l’emploi. Les chefs collinaires devraient également s’occuper de cette question pour éviter les cas d’abandons des élèves qui s’observent souvent dans cette province.

Il a recommandé aux conseils communaux d’étudier des projets de développement des communes et d’éviter la corruption dans l’attribution des marchés. « Le Gouvernement vous soutiendra dans les projets qui demandent beaucoup de moyens dont vous ne disposez pas », a-t-il souligné.

Le Président du Sénat a également conseillé la population de ne pas malverser la récolte, protéger l’environnement, promouvoir l’hygiène pour éviter des maladies liées à la saleté et d’épargner de l’argent dans des banques afin de préparer leur avenir.

Afin de s’épanouir, Hon. Ndikuriyo a aussi recommandé à la population d’habiter dans des villages pour qu’elle puisse bénéficier des avantages qu’offre le gouvernement  en l’occurrence l’eau potable, l’électricité, etc.

Chaque fois en clôturant ces rencontres, Hon. Ndikuriyo conseillait les habitants de cette province de pratiquer des jeux de loisir notamment le sport car ce dernier est bon pour la santé, favorise des rencontres sociales et peut être la source du développement matériel.

     Dans ses doléances, la population souhaite :

  • Un stade moderne (synthétique) ;
  • Le courant électrique ;
  • Certaines infrastructures routières et scolaires réhabilitées ;
  •  Des adductions d’eau potable ;
  • Du travail pour ceux qui chôment alors qu’ils ont terminé des études ;
  • Des uniformes scolaires et tôles pour certaines familles batwa démunies ;
  • Des ordinateurs pour des écoles ;
  • Des états généraux de l’éducation afin de faire face aux cas d’abandons scolaires ;
  • La réglementation du travail de l’ONG CRS pour qu’elle mette en avant les besoins de la population dans ses prestations et éviter de distribuer de la bouillie aux femmes pour les inciter à ne pas utiliser les méthodes contraceptives ;
  • La non inclusion des putschistes et certains politiciens poursuivis par la justice burundaise, dans le dialogue inter-burundais ;
  • La perception de l’argent par des personnes ayant vendu le café dans les sociétés privées qui ont tardé le paiement ;
  • La réparation de l’émetteur de la Radio Télévision Nationale dans le Nord du Pays afin qu’elle puisse émettre en province Muyinga ;
  • La révision de la gestion des pensionnés au niveau des moyens pécuniaires ;
  • La décentralisation de l’attribution de certains documents qu’on retrouve uniquement à Bujumbura comme ceux liés au transfert de véhicule, autorisation de transport, etc.    

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*