Discours d’ouverture de la Session parlementaire ordinaire d’Octobre 2015 prononcé par Son Excellence Honorable Réverien Ndikuriyo, Président du Sénat du Burundi

Bujumbura, le 05 Octobre 2015

 

Honorable Madame la  Première Vice- Présidente du Sénat,

Honorables Sénateurs,

Monsieur le Président de la Cour des Comptes,

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,

 Distingués invités,

Mesdames, Messieurs

1. Conformément au prescrit de l’article 174 de la Constitution de la République du Burundi, nous voici réunis dans cet hémicycle pour procéder à l’ouverture solennelle de la troisième session parlementaire ordinaire de l’année 2015. Nous  vous souhaitons collègues Sénateurs  la bienvenue et un bon retour au travail.

2. Permettez-nous, de souhaiter  également la bienvenue aux distingués invités et leur remercier d’avoir répondu à notre invitation. Une fois de plus, vous venez de démontrer le soutien et l’intérêt que vous portez aux activités du Sénat du Burundi.

DSC05919

Nous apprécions ce geste aussi capital pour nous, dans l’accomplissement des missions que le peuple burundais nous a confiées.

3. Aussi dénommée «Session Budgétaire », cette session parlementaire ordinaire d’octobre 2015 se focalisera essentiellement sur l’examen et l’adoption de la loi des finances exercice 2016 ainsi qu’à d’autres projets de loi qui nous ont été envoyés par le gouvernement. Nous vous demandons de vous y pencher avec sérénité afin que le budget qui sera voté puisse répondre aux besoins de toutes les institutions gouvernementales.  

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs

4. Pour remplir nos  missions, vous serez d’avis que  la présence physique dans l’hémicycle et dans les travaux en commissions est  un honneur de porter et d’assumer au mieux la défense de l’intérêt public. Et  l’on ne peut pas prétendre défendre les intérêts du Peuple en faisant chaise vide. Vous êtes donc interpellés Collègue Sénateurs, car le travail qui vous attend semble lourd et fatiguant.

5. En tant que représentants du peuple, nous devons participer au renforcement de la sécurité, car la paix et  la sécurité sont des  préalables, le contraire est  un frein à la croissance et au développement durable.

6. Nous voudrions, à cet effet, louer les efforts du gouvernement qui a travaillé d’arrache pied dans le cadre de la quadrilogie pour le retour à la paix et nous encourageons les forces de défense et de sécurité d’aller vers l’avant.

7. Dans le cadre des missions de la Haute Chambre du Parlement, nous comptons constituer une commission spéciale d’enquête sur les quotas constitutionnels  dans les corps de défense et de sécurité afin de vérifier les équilibres ethniques dans ce secteur très sensible pour tous les Burundais.

8. Comme nous l’avons déjà annoncé lors des descentes sur terrain au cours du mois de septembre dernier, dans les provinces de Makamba, Bujumbura, Ruyigi, Cankuzo, Bubanza, Cibitoke, Rutana et Rumonge, nous encourageons les élus à la  base d’œuvrer dans le sens de la quadrilogie : population, forces de défense et de sécurité administration et corps de justice.

 9. Le Sénat apprécie hautement  la mise en place de la Commission Nationale de Dialogue Inter burundais et invite les membres qui la composent de travailler dans l’esprit du respect des valeurs de la culture démocratique, de la souveraineté et la volonté du peuple.

Le Sénat du Burundi invite tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux à soutenir et à appuyer le dialogue inter burundais surtout qu’il s’agit d’un dialogue qui va concilier les objectifs du respect des droits humains, de la loi, de la réconciliation et de la paix sociale.

Les participants à ce dialogue ouvert à tous les Burundais tant de l’intérieur qu’à ceux de l’extérieur du Burundi auront à débattre sur des questions politiques et sociales, de la consolidation de la paix et de la sécurité ainsi que   du développement économique. D’autre part, ils auront le devoir d’évaluer les accords d’Arusha, les accords de cessez-le-feu, la Charte de l’Unité Nationale ainsi que la Constitution qui en est issue.

A partir des grandes conclusions des débats menés avec sérénité dans tout le pays et à tous les niveaux, la Commission créée à cet effet formulera des recommandations au Gouvernement, aux partis politiques, à la société civile et aux confessions religieuses.

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

DSC05926

10. Dans le domaine législatif, l’examen des projets de loi suivants sera au centre des débats au cours de cette session. Il s’agit de :

  1. Projet de loi portant Prévention, Protection et Répression des Violences Basées sur le Genre ;
  2. 0Projet de loi relative à l’insolvabilité du Commerçant au Burundi ;
  3. Projet de loi portant Système National de Paiement ;
  4. Projet de loi régissant la gestion de la dette publique ;
  5. Projet de loi portant Organisation de la Pêche et de l’Aquaculture ;
  6. Projet de loi portant Code Forestier ;
  7. Projet de loi portant régissant les activités bancaires ;
  8. Projet de loi portant révision du décret –loi n°1/41 du 9 juillet 1993 portant définition des opérations de Crédit –bail et dispositions applicables au Contrat de Crédit-bail et réglementation des conditions d’exercice de ces activités ;
  9. Projet de loi portant Code de l’Aménagement du Territoire du Burundi ;
  10. Projet de loi portant révision du Code des Investissements au Burundi ;
  11. Projet de loi régissant les Suretés Mobilières Conventionnelles au Burundi ;
  12. Projet de loi régissant les Bureaux d’Information sur le Crédit ;
  13. Projet de loi portant Code de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction au Burundi ;
  14. Projet de loi portant Réforme de la Fiscalité Communale ;
  15. Projet de loi portant Codes des Communications électroniques et des Postes ;
  16. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de la Convention de l’Afrique Centrale pour le Contrôle des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication ,réparation et assemblage dite « Convention de Kinshasa » ;
  17. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi du Traité des Nations Unies sur le Commerce des Armes ;
  18. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Partenariat entre les membres du groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique d’une part et la Communauté Européenne et ses Etats membres d’autre part signé à Cotonou le 23 juin 2000 et modifié une première fois à Luxembourg le 25 juin 2005.  
  19. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de prêt n° 1508 H entre la République du Burundi et le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) relatif à l’allégement de la dette (portion II), signé à Vienne le 23 juillet 2014 ;
  20. Projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’Accord de prêt entre la République du Burundi et la Banque de l’Import-Export d’Inde (EXIM BANK OF INDIA) relatif au Financement de la mécanisation agricole, signé à New Delhi le 14 février 2014 ;
  21. Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de prêt entre la République du Burundi et la Banque de l’Import-Export d’Inde (EXIM BANK OF INDIA) pour le projet de complexe intégré de transformation des produits alimentaires, signé à New Delhi le 14 février 2014.

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

11. Le vote des lois ne sera pas notre seule activité pendant la session parlementaire ordinaire d’octobre 2015. Le  calendrier comprendra aussi des séances de questions orales avec débat à adresser aux Membres du Gouvernement.

12. S’agissant de la représentation du peuple et des relations entre les Sénateurs et les élus locaux, nous continuerons à  échanger mutuellement des expériences et inciter les élus locaux vers une nouvelle dynamique et vers une nouvelle vision de la représentation du peuple eu égard à ses exigences.

  1.   Nous appelons les services chargés de la communication d’améliorer des outils et stratégies de travail pour une large diffusion du travail de la Haute Chambre du Parlement. Le programme de renforcement des capacités suivra son cours normal. Il est  sans doute que les bénéficiaires prendront  le temps nécessaire pour en tirer le maximum de profits.

Honorables Sénateurs,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs ;

15.  La diplomatie parlementaire contribue à renforcer la place, le rang et l'influence de notre Institution. Nous reconnaissons la collaboration de tous nos partenaires. Nous en sommes heureux et confiants que nous ferons plus lors de nos futurs échanges.

16. Nous renouvelons encore une fois notre reconnaissance à l’endroit des pays amis et des organisations Internationales, plus  particulièrement ceux de notre sous-région qui portent à cœur l’épanouissement de la Haute Chambre du Parlement. Nous leur manifesterons notre réciprocité en renforçant nos  liens d’amitié déjà existants par des visites d’échanges et de solidarité.

17. Avant de terminer notre propos, nous tenons à réitérer nos sentiments de remerciements à vous tous distingués invités pour votre présence à ces cérémonies et souhaitons  que cette session soit fructueuse en termes d’activités à accomplir.

C’est sur ces mots que nous déclarons ouvertes les activités de la session parlementaire ordinaire d’octobre 2015

 

      Que Dieu Vous bénisse,        

      Nous vous remercions.

 

 

Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Autres articles